Accueil > Actualités > « Un service essentiel et des retombées de 7 à 8 M$ par année », Jean-Marie Dugas

« Un service essentiel et des retombées de 7 à 8 M$ par année », Jean-Marie Dugas

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous) Pour le maire de Notre-Dame-des-Neiges et secrétaire de la Compagnie de navigation des Basques, Jean-Marie Dugas, le service de la traverse Trois-Pistoles–Les Escoumins a toujours été un service essentiel et il le restera.

« Par contre, ça n’a pas toujours été considéré comme essentiel par le gouvernement du Québec. C’est d’ailleurs ce qui a mis en péril le financement des travaux de rénovation du navire en 2019. Finalement, les déboires des autres services dans la région ont probablement contribué à ce que le gouvernement nous reconnaisse comme un service essentiel et qu’il accepte de financer les travaux de restauration de L’Héritage 1 », mentionne-t-il.

Des retombées de 7 à 8 M$ par année

M. Dugas rappelle qu’une étude effectuée il y a huit ans estimait des retombées économiques de 7 à 8 M$ par année. « Les gens qui débarquent vont faire le plein d’essence. Ils vont faire des achats à l’épicerie ou au dépanneur. Ils vont au restaurant ou à la Fromagerie. La propriétaire de la boucherie me disait que la traverse lui apporte beaucoup de clients. Avec 40 véhicules qui débarquent à chaque traversée, c’est évident que ces gens-là participent à l’économie d’un côté ou de l’autre du fleuve », précise-t-il.

Quatre partenaires

La Compagnie de navigation des Basques est formée de quatre partenaires à parts égales, soit la Ville de Trois-Pistoles, les Municipalités de Notre-Dame-des-Neiges et des Escoumins, ainsi que le conseil de bande d’Essipit. Chacun des partenaires nomme deux représentants sur le conseil d’administration. En plus de M. Dugas, le conseiller municipal Robert Forest représente aussi la Municipalité de Notre-Dame-des-Neiges.

Jean-Marie Dugas a accepté la tâche de secrétaire, un poste qui a demandé une grande implication pendant un an et demi. « En tant que retraité des Forces armées canadiennes, j’avais plus de temps libre, et comme le poste de secrétaire demande plus d’implication, je l’ai accepté et je ne le regrette pas, même si ce fut beaucoup de travail de faire changer d’idée le ministère des Transports. Ce fut une année et demie d’enfer. Le service est rentable, mais pas assez pour pouvoir effectuer des travaux de l’ampleur de ceux qui étaient nécessaires. Nous n’avions pas 3,5 M$. »

Un bon départ

M. Dugas signale que le début de saison est excellent. « Nous sommes presque complets à chaque traversée, en tenant compte du fait que les mesures sanitaires nous limitent à 30 véhicules au lieu de 42. »

Le nombre de traversées quotidiennes va augmenter à partir du 24 juin et jusqu’à la fête du Travail. M. Dugas estime que l’arrêt de service d’un an de la traverse Rimouski–Forestville a assurément un impact sur la traverse de Trois-Pistoles, mais les statistiques étaient déjà en hausse lors des deux dernières années d’activité. « Notre force, c’est la possibilité de réserver, ce que n’offre pas Rivière-du-Loup, par exemple. C’est très apprécié par la clientèle. Quand tu as réservé, tu es sûr de pouvoir traverser », dit-il.

M. Dugas espère que le passage au palier d’alerte jaune qui était prévu le 14 juin permettra d’accepter les grosses caravanes. « Nous avons beaucoup de demandes en ce sens, et ce sont des véhicules payants », souligne-t-il.

Photo : Le maire de Notre-Dame-des-Neiges et secrétaire de la Compagnie de navigation des Basques, Jean-Marie Dugas. (Photo : courtoisie)

Share
You may also like
Guillaume Legault se dit enthousiaste et soulagé de la reprise des activités
Une équipe de gens dévoués à la clientèle
Une belle fierté pour la Première Nation des Innus d’Essipit
Les travaux assurent l’avenir à court et à moyen terme

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.