Accueil > Culture > Un nouveau regroupement de diffuseurs spécialisés dans les arts de la parole

Un nouveau regroupement de diffuseurs spécialisés dans les arts de la parole

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous) Un vent de collaboration souffle sur le milieu culturel avec l’émergence d’un nouveau regroupement de diffuseurs spécialisés, RAPAIL, le Réseau des arts de la parole et des arts et initiatives littéraires.

Les Compagnons de la mise en valeur du patrimoine vivant de Trois-Pistolesfont partie des premiers membres de ce réseau. L’organisation a notamment pour objectifs de favoriser le rayonnement des arts de la parole et des arts littéraires, et de mettre sur pied et favoriser des projets entre diffuseurs. Les Compagnons se joignent à près de 30 organismes canadiens diffuseurs francophones (festivals, lieux de diffusion, organismes, etc.) dans ce réseau d’échanges, de réflexions et d’actions collectives.

La force du groupe

Cette alliance des acteurs de la diffusion en arts de la parole et en arts littéraires permettra une mise en commun d’outils et un partage de savoirs, un besoin exprimé par l’ensemble des membres. La création de projets collaboratifs et la circulation d’œuvres chez les membres diffuseurs seront ainsi facilitées. Le réseau permettra également d’affronter les nombreux enjeux causés par la pandémie actuelle.

« Le démarrage de RAPAIL nous tenait à cœur. En tant que diffuseurs spécialisés dans les arts de la parole, nous nous sentons souvent esseulés, en marge des salles multifonctionnelles ou des diffuseurs de musique bénéficiant davantage de reconnaissance. En travaillant avec RAPAIL, les discussions et les échanges sont riches, et notre spécialité trouve sa place à l’échelle canadienne », commente ladirectrice des Compagnons de la mise en valeur du patrimoine vivant de Trois-Pistoles, Gabrielle Ayotte Garneau.

« Les échanges amorcés depuis deux ans entre les diffuseurs ont démontré la richesse de notre milieu, la pertinence de la collaboration, les retombées concrètes de notre voix unie. En conjuguant nos forces, en travaillant ensemble, nous pourrons poursuivre le formidable essor des arts de la parole et des arts littéraires », poursuit leprésident de RAPAIL et directeur de la Maison de la littérature et du festival Québec en toutes lettres, Dominique Lemieux.

Un réseau diversifié

En tant que premier réseau pancanadien francophone des arts de la parole et des arts littéraires, RAPAIL représente la pluralité de son milieu. Littérature hors du livre, expositions littéraires, spectacles, contes, exercices d’écriture, lectures, performances, rencontres d’écrivaines et d’écrivains, installations, arts numériques, slam : ce milieu se caractérise par l’immense diversité des pratiques et initiatives. Leurs limites et leurs possibilités sont en mouvance et ouvertes à l’inclusion de nouvelles formes d’expression.

Il en va de même pour la nature des organisations membres. Parmi ce regroupement figurent des membres de villes de toutes tailles et de régions variées.

« Nous voulons faire en sorte que RAPAIL soit un réseau réellement pancanadien; aller chercher des membres dans les régions, dans un maximum de provinces pour échanger, partager nos expertises et apprendre les uns des autres. Cette diversité fait la richesse de notre milieu », mentionneÉmilie Turmel, membre du conseil d’administration de RAPAIL et directrice générale du Festival Frye de Moncton.

Un conseil d’administration représentatif du milieu

Lors de son assemblée générale de fondation, les membres ont élu leur premier conseil d’administration. La présidence a été confiée à Dominique Lemieux, directeur de la Maison de la littérature et du festival Québec en toutes lettres (Québec), alors que la vice-présidence est assurée par Michelle Corbeil, codirectrice générale et directrice artistique du Festival international de la littérature – FIL (Montréal). Émilie Turmel, directrice générale du Festival Frye (Moncton), et Christine Boutin, directrice générale et artistique de la Maison natale de Louis Fréchette (Lévis), occupent respectivement les fonctions de secrétaire et trésorière. Le conseil d’administration compte également sur l’expertise de Yolaine Carrier, directrice générale et artistique des Ami·e·s imaginaires et du Festival de contes et menteries (Québec), Thomas-Louis Côté, directeur général de Québec BD (Québec), et Annie Landreville, agente de développement du Carrefour de la littérature, des arts et de la culture (Mont-Joli). Enfin, le conseil d’administration a également coopté Mélanie Rivet, directrice générale du Salon du livre de l’Outaouais et de la Maison des arts littéraires de Gatineau.

-30-

Photo : GabrielleAyotte Garneau (Photo : Alexandre D’Astous)

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.