- Le Journal L'Horizon - https://www.journalhorizon.com -

TAXATION FONCIÈRE AGRICOLE : MOBILISATION DE LA FÉDÉRATION DE L’UPA DU BAS-SAINT-LAURENT

Photos: Manifestation devant le bureau du ministre Jean D’Amour –

IMG_20170120_111943 (2) [1]

Les producteurs agricoles et forestiers du Bas-Saint-Laurent se disent exaspérés de l’attitude du ministre Paradis. Depuis longtemps, avant même l’annonce des changements devant être en application à compter du 1er janvier 2017, l’Union des producteurs agricoles réclame du gouvernement de mettre en place une table de travail avec les ministères concernés et le milieu municipal pour une refonte du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA). Le ministre a fait fi de cette demande et apporte des modifications administratives sans avoir consulté. Les impacts de cette réforme représentent pour le Bas-Saint-Laurent, une hausse moyenne de 41 % sur 27 dossiers vérifiés par la firme Raymond Chabot Grant Thornton, avec une perte estimée à 1,5 M$.

La Fédération de l’UPA du Bas-Saint-Laurent a alors entamé plusieurs démarches pour faire pression sur le gouvernement. Déjà, des municipalités et organismes concernés par les activités de plein air qui se déroulent sur les terres agricoles et forestières ont donné leur appui pour le report des modifications au PCTFA et une refonte qui tient compte des enjeux de la fiscalité foncière agricole tels que la valeur des terres qui ne cessent d’augmenter. Un comité de stratégie a aussi été formé à la suite de rencontres avec les représentants des clubs de motoneigistes et quadistes, des hôteliers, restaurateurs… et un plan de mobilisation a été établi.

Manifestation devant le bureau du ministre D’Amour

Une manifestation a eu lieu le 20 janvier devant le bureau du ministre de la région,  Jean D’Amour pendant que le comité de stratégie multipartite tenait une rencontre avec lui. Le message livré est que si le gouvernement ne déclare pas un moratoire sur les changements proposés au PCTFA et ne prend pas les dispositions pour mettre en place une table de travail, le mot d’ordre sera donné aux producteurs agricoles et forestiers de retirer l’accès à leurs terres. Le président  Gilbert Marquis a déclaré : « Certains nous disent qu’on prend la population en otage, mais ce n’est pas nous, c’est le ministre qui créé de l’incertitude en ne soutenant pas l’agriculture mettant ainsi, l’avenir des entreprises agricoles en péril. Qui nourrira la population quand on ne sera plus là? La taxation foncière est la goutte qui fait déborder le vase… ».

Dans les prochains jours, des affiches seront installées  à différents emplacements pour  dénoncer ce qu’ils considèrent comme un  manque d’écoute et de soutien du ministre Paradis et aussi pour démontrer les retombées économiques que permettent les producteurs agricoles et forestiers en donnant accès à leurs terres.

Si rien ne bouge, les sentiers seront fermés partiellement le 6 février prochain à trois endroits stratégiques : Saint-Épiphane, Rimouski et Amqui puis définitivement à partir du 20 février . D’ici là, l’UPA souhaite un dénouement par des gestes concrets du  premier ministre Philippe Couillard.

La Fédération de l’UPA du Bas-Saint-Laurent représente près de 2 000 entreprises agricoles du territoire qui donnent accès à leurs terres pour des activités de plein air telles que des randonnées pédestres, en motoneige ou en véhicule tout terrain et ce, pour la plupart sans compensation.

 

 

[2]Share [3]