Accueil > Économie > Retards et chaos en vue à l’assurance-emploi

Retards et chaos en vue à l’assurance-emploi

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-Le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, accompagné de représentants de groupes de défense des droits des personnes sans-emploi dans l’Est-du-Québec, dénonce vivement la décision du gouvernement Trudeau de réduire d’un jour la semaine de travail de quelque 750 agents de l’assurance-emploi au Québec affectés au service à la clientèle.

Ces coupures de service, estime le député, sont d’autant plus navrantes que l’on se trouve actuellement en pleine période de pointe hivernale, alors que les demandes affluent et que les prestataires font déjà face à des délais d’attente.

« C’est impensable que le gouvernement agisse comme ça à Service Canada, qui est déjà un service totalement contre-productif. Procéder à des coupures à cette période de l’année, où la demande est nécessairement plus forte en raison des travailleurs saisonniers, est inexcusable » explique Maxime Blanchette-Joncas.

« Le gouvernement se moque des travailleurs »

Pour Michel Dubé, coordonnateur d’Action populaire Rimouski-Neigette, « le gouvernement se moque des travailleurs. Ça fait un an et demi que nous dénonçons ces interminables délais. Réduire la capacité de traitement des agents de l’assurance-emploi au lieu de l’augmenter est inacceptable. »

Cette crise annoncée à Service Canada n’est pas sans rappeler le cafouillage dans le dossier des passeports du printemps dernier, alors que la hausse des demandes était prévisible à l’approche de l’été. Sous prétexte de l’atteinte de l’équilibre budgétaire, ces coupures auront indéniablement un impact sur les délais de traitement des demandeurs et sur le temps d’attente moyen de la ligne téléphonique destinée aux citoyens. « Les citoyennes et citoyens de la circonscription écopent déjà de délais d’attente qui pèsent sur leur budget, sans que le gouvernement ne vienne leur en rajouter une couche! », dénonce le député bloquiste.

Industrie saisonnière

Pour Pauline Bélanger, présidente par intérim Conseil central du Bas-Saint-Laurent CSN, « l’industrie saisonnière est l’un des piliers économiques de notre région. Le gouvernement se cache derrière l’excuse de vouloir atteindre l’équilibre budgétaire, mais dans les faits, il n’a aucune compréhension de la réalité d’ici. En incitant les prestataires d’assurance-emploi à se trouver un autre emploi, il prive les employeurs saisonniers d’une main-d’œuvre indispensable. »

Yves-Aimé Boulay, conseiller régional FTQ Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-îles-de-la-Madelaine, explique que « dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, il est dommage que le gouvernement se tourne systématiquement vers l’immigration comme seule et unique solution. Nous avons ici, dans l’Est-du-Québec, des travailleurs prêts à mettre la main à la pâte dans les secteurs saisonniers. Rendre difficile leur accès à l’assurance-emploi durant la période hivernale nuit tout simplement à la vitalité économique de notre région. »

« Nous sommes encore une fois face à une déplorable démonstration d’incompétence de la part de ce gouvernement qui échoue lamentablement à assurer les services de base de l’État. Moins d’heures de travail pour les fonctionnaires, ça signifie inévitablement une réduction de la qualité et de la quantité des services à la population. C’est également faire des économies de bouts de chandelle sur le dos des travailleurs dédiés au service à la clientèle et les priver d’une journée de salaire. Cette décision du gouvernement Trudeau est déplorable sur toute la ligne et nous la dénonçons sans réserve », conclut Maxime Blanchette-Joncas, le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques.

Photo : Maxime Blanchette-Joncas, député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Yves-Aimé Boulay, conseiller régional FTQ Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-îles-de-la-Madelaine, Pauline Bélanger, présidente par intérim Conseil central du Bas-Saint-Laurent CSN et Michel Dubé, coordonnateur d’Action populaire Rimouski-Neigette. (Photo courtoisie)

Share
You may also like
Le député estime qu’Ottawa abandonne les travailleurs saisonniers
Kristina Michaud estime qu’Ottawa abandonne les travailleurs saisonniers
Assurance-emploi : Maxime Blanchette-Joncas dénonce l’abandon des travailleurs
Maxime Blanchette-Joncas initie un échange sur les enjeux de l’assurance-emploi

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.