Accueil > Actualités > Réorganisation du CLD des Basques La MRC des Basques en mode solutions

Réorganisation du CLD des Basques La MRC des Basques en mode solutions

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

Marc-Antoine Rioux, directeur général du CLD des  Basques, Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques et Réjean Côté, président du CLD des Basques. Photo : Marjolaine Jolicoeur

(M. J.) Dans la foulée de la signature du  Pacte fiscal transitoire entre le gouvernement québécois et le monde municipal, le budget du Centre local de développement (CLD) des Basques est amputé de 55%. La MRC des Basques se voit désormais confier les responsabilités en matière de développement local et de soutien à l’entreprenariat.
Comment se passera cette transition?  Y aura-t-il un transfert des employés du CLD vers la MRC?  Quel sera le budget alloué au développement économique local  lors de la signature d’un pacte à plus long terme en 2016?   Autant de questions qui restent en suspens au moment d’écrire ces lignes. Un plan de match se met en branle dont les aboutissements ne seront connus qu’en décembre, après des rencontres avec différents acteurs du développement local et les maires de la MRC.
Plusieurs scénarios
« Nous sommes en mode solutions. Nous étudions tous les scénarios possibles  pour continuer à aider les entrepreneurs et maintenir notre expertise en place », mentionne Marc-Antoine Rioux, directeur général du CLD lors d’une entrevue avec l’Horizon. Il rappelle que depuis 1998, le CLD a traité  près de  2 500 projets impliquant des entreprises et investi  9 M $ dans le milieu. « Nos résultats prouvent  que nous avons un lien privilégié avec les entrepreneurs d’ici »
Plus de pouvoirs, moins d’argent
«. On donne plus de pouvoirs à la MRC mais sans les budgets qui vont avec », indique le préfet Bertin Denis qui explique qu’il faudra mettre en place une autre structure pour remplacer le CLD car la MRC n’a pas d’expertise dans le domaine de l’entreprenariat.
Incertitude aussi pour le c.a. du CLD. Son président Réjean Côté  fait valoir qu’il est composé  de maires, mais aussi  de citoyens venant du  monde civil et communautaire. En  tant qu’organisme indépendant des pouvoirs locaux, le CLD  doit offrir  des services aux entrepreneurs de façon objective.
Bertin Denis est d’accord : « Il ne faut pas mêler la politique avec ça. D’un point de vue éthique, on doit avoir une nouvelle structure qui soit autonome face aux pouvoirs locaux afin d’éviter les abus.»
Dur coup pour les régions
Le Pacte fiscal prévoit aussi des coupures de 750 000$ pour l’ensemble des municipalités des Basques.  Pour le préfet, ces coupures sont de la part du gouvernement « comme  un coup de hache donné les yeux fermés ».  Avec son budget coupé de 12.5%  « pour une petite MRC comme la nôtre, cela va faire particulièrement mal?».
Suite à toutes ces coupures, les contribuables verront-ils leurs taxes augmentées ou la disparition de certains services dans leurs municipalités ? La question reste aussi en suspens.
A propos de  l’avenir immédiat du CLD, Marc-Antoine Rioux se fait  rassurant: «Jusqu’à notre fermeture le 31 décembre prochain, nous continuerons à accueillir les entrepreneurs. Et même après cette date, il y aura toujours quelqu’un pour faire un suivi des dossiers, jusqu’à la formation d’une nouvelle structure».

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.