Accueil > Société > Minimiser les cancers de la peau, même avec le masque

Minimiser les cancers de la peau, même avec le masque

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-Alors que débute le mois de la sensibilisation au mélanome et constatant une recrudescence des questions de la part des patients sur la protection solaire, les dermatologues de la clinique virtuelle québécoise DermaGo tiennent à rappeler les bonnes pratiques à adopter pour minimiser les risques de cancer de la peau.
 
Voici donc six conseils pour bien se protéger du soleil à l’approche de la saison estivale, même en pandémie :

  1. Le masque protège, mais pas suffisamment
    Selon sa forme et le tissu dont il est fait, le masque peut offrir une protection minimale du bas du visage. Cependant, même un masque multicouche risque de laisser filtrer des rayons UV. L’application sur le visage d’une crème d’indice SPF 30 au minimum demeure fortement recommandée.
     
  2. Les vêtements n’offrent pas tous la même protection solaire
    La performance des vêtements varie beaucoup selon le tissu. Généralement, un vêtement fait de polyester offre une meilleure protection solaire qu’un vêtement de coton ou de lin. Les couleurs sombres sont plus étanches également. Certaines marques de vêtements affichent un indice UPF sur leurs produits (similaire à l’indice SPF, mais pour les textiles). Plus ce dernier est élevé, meilleure est la protection. Une valeur minimale de 30 est recommandée.
     
  3. Le bon indice SPF
    La « 30 » est souvent considérée comme le minimum requis pour se protéger adéquatement. On recommande toutefois l’utilisation d’un SPF supérieur car la plupart des gens ont tendance à appliquer moins de crème que nécessaire, ce qui rend la protection moins efficace.
     
  4. La fréquence est la clé
    Pour les gens qui demeurent à l’abris du soleil toute la journée, appliquer la crème solaire une fois le matin avant de quitter la maison procure une protection suffisante. Par contre, lorsqu’on profite du soleil d’été, la crème solaire doit être appliquée fréquemment pour demeurer efficace, surtout après la baignade ou lorsque la peau est exposée à la sueur ou au sable. Ces principes s’appliquent que la crème utilisée soit hydrofuge ou non.
     
  5. De l’ombre pour les bébés
    Pour un enfant de moins de six mois, limiter l’usage de la crème solaire au strict minimum, soit le dessus des mains et le visage et ce, seulement lorsque l’enfant est exposé directement au soleil. Une crème à base de zinc est alors à privilégier.
     
  6. Attention à l’eau!
    Un vêtement mouillé perd beaucoup de son efficacité pour contrer les rayons UV. Pour les sports nautiques, privilégier l’utilisation de vêtements spécialisés affichant un indice UPF supérieur à 30, la valeur la plus élevée étant préférable.

8000 diagnostics de mélanome en 2020

Rappelons que les conséquences d’une protection solaire déficiente peuvent être graves. La Société canadienne du cancer estimait à environ 8000 le nombre de Canadiens qui allaient recevoir un diagnostic de mélanome au cours de l’année 2020, et à 1300 le nombre de décès.
 
« Bien que le mélanome soit très dangereux, il est aussi l’un des cancers les plus faciles à prévenir car il découle directement d’une exposition prolongée au soleil. Il est important d’être attentif à tout changement sur sa peau et de consulter rapidement », mentionne le Dr Marc-André Doré, dermatologue cofondateur de DermaGo.
 
« J’encourage tous et toutes à consulter un professionnel de la santé, en clinique ou à distance, si une brûlure importante de la peau devait survenir malgré les précautions prises, ou en cas de doute sur les mesures à prendre pour bien se protéger du soleil », renchérit Dre Émilie Bourgeault, dermatologue cofondatrice de DermaGo.

Photo: Le masque ne protège pas suffisamment. (Photo courtoisie)

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.