- Le Journal L'Horizon - https://www.journalhorizon.com -

Le port du masque cause des problèmes aux malentendants

(Alexandre D’Astous)-Le port du masque ou du couvre-visage pourrait devenir obligatoire dans les lieux publics fermés bientôt, une situation qui créée de l’angoisse chez les malentendants, comme Geneviève Parent, de Notre-Dame-des-Neiges.

« J’ai une surdité de moyenne à sévère des deux oreilles depuis toujours. Je dois lire sur les lèvres pour pouvoir comprendre ce que l’on me dit. Le masque cache les lèvres, ce qui m’empêche de pouvoir discuter ou demander ce que je veux, comme par exemple à la pharmacie ou à l’hôpital où le personnel porte des masques opaques. Beaucoup de malentendants appréhendent le port du masque obligatoire dans les transports en commun et les lieux publics », mentionne Mme Parent.

Des masques transparents

Consciente de l’importance du port du masque pour éviter la propagation du virus, Geneviève Parent, à l’instar de l’organisme Audition Québec, ne réclame pas l’abandon du masque, mais plutôt des incitatifs au port d’un masque transparent. « Ça existe aux États-Unis, mais ça prend l’homologation de Santé Canada avant de pouvoir être utilisé ici. Avec un masque transparent, les gens seraient protégés et les personnes malentendantes seraient rassurées. C’est insécurisant de savoir que quelqu’un nous parle sans comprendre ce qu’il nous dit. Ça devient aussi difficile pour nous de demander ce qu’on veut ou de répondre aux questions du personnel du réseau de la santé par exemple », précise-t-elle.

Du matériel d’identification

L’organisme Audition Québec fournit des macarons à ses membres avec une inscription personne malentendante lisant sur les lèvres. Graphiste de métier, Mme Parent a aussi fabriqué des cocardes pour elle et des amis afin que les gens qu’elles croisent sachent qu’ils doivent lire sur les lèvres. « Avec un masque on ne voit pas les lèvres, ni les expressions du visage, qui souvent nous aide à comprendre le message », mentionne celle qui déplore que le gouvernement et la Santé publique aient mis du temps à penser aux malentendants pendant le confinement. « Cela a pris du temps avant que les points de presse aient des interprètes. C’est comme si on nous avait oubliés. Même chose quand ils ont commencé à recommander le port du masque. Ils n’ont pas pensé à nous ».

Audition Québec tente de faire autoriser le plus rapidement possible le port du masque avec fenêtre.

Photo: Geneviève Parent présente la cocarde qu’elle a préparé pour informer les gens de son état de malentendante. (Photo Alexandre D’Astous)

[1]Share [2]