Accueil > Économie > Le Germoir parcours d’incubation fait des petits

Le Germoir parcours d’incubation fait des petits

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous) – La Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent confirme le début de la deuxième cohorte du Germoir, et le lancement de la première capsule d’une série de quatre vidéos mettant à l’honneur les participants des deux premières cohortes, ainsi que plusieurs des partenaires de l’incubateur.

Les intéressés trouveront sur le site internet www.tcbbsl/incubateur la présentation des six participants qui ont débuté officiellement leur parcours le 1er septembre, soit la ferme AGAT, Les Irisés, Les Luciennes ferme florale, Productions Front d’bœuf, les Serres du Belvédère et la ferme Vue d’en haut.

« Nous avons parcouru le Bas-Saint-Laurent d’est en ouest pour capter des images de la relève qui contribue à colorer vos assiettes, beau temps mauvais temps.Les participants partageront avec vous leurs motivations, leurs défis, leur type de production, ainsi que des idées de modèle d’affaires innovantes », indique la coordonnatrice du Germoir, Catherine Bourgault.

D’une valeur de 15 750 $, l’offre du Germoir comprend des conseils agricoles, de la formation, un profil de personnalité, du mentorat, du réseautage, un soutien à l’établissement, et un suivi pendant et après l’incubation. C’est une occasion unique pour le nouvel entrepreneur de développer son réseau, et de rencontrer des gens qui vivent les mêmes défis.

« Une belle opportunité »

Pour la propriétaire de l’entreprise Les Luciennes ferme florale de Saint-André-de-Kamouraska, Valérie Dancause, le Germoir représente une belle occasion pour une entreprise en démarrage. « Dès que j’en ai entendu parler, je me suis inscrite. Il y a de nombreux défis à relever pour une entreprise en démarrage, et je pense qu’un mentor pourra grandement m’aider. C’est une opportunité de réseautage assez unique », commente-t-elle.

Les Luciennes ferme florale en est à sa deuxième année de production. « Nous produisons des fleurs pour en faire des bouquets frais pendant la saison, et séchés en hiver. Nous avons semé une grande variété de fleurs dans un jardin intensif. Nos fleurs sont naturelles, car nous n’utilisons aucun produit chimique. À moyen terme, nous envisageons l’aménagement de quelques serres afin de pouvoir produire à l’année », indique Mme Dancause.

Inscriptions pour une troisième cohorte

Vous êtes un agriculteur de la relève, établi au Bas-Saint-Laurent? Soumettez votre candidature avant le 30 septembre pour faire partie de la troisième cohorte de l’incubateur. Infos : Catherine Bourgault à incubateur@tcbbsl.org, ou au 418 509-2141.

Ce projet est financé par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation dans le cadre du programme Soutien au rayonnement des régions du Fonds régions et ruralité, par les Fonds du Grand Mouvement Desjardins, et par le Réseau des SADC du Bas-Saint-Laurent.

Photo : Les Luciennes ferme florale de Saint-André-de-Kamouraska est inscrite au processus du Germoir. (Photo courtoisie)

Share
You may also like
Le manque de précipitation affecte les récoltes
Budget en agriculture : la CAQ bat la motion de Pascal Bérubé
Budget fédéral : le milieu agricole déçu
Des préoccupations pour l’avenir de certaines entreprises agricoles

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.