Accueil > Actualités > Jardin collectif intergénérationnel en pleine progression

Jardin collectif intergénérationnel en pleine progression

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

Créé en 2009, le jardin collectif intergénérationnel de Trois-Pistoles a bénéficié du travail de plusieurs bénévoles. En 2014, un comité de travail a rédigé et déposé un projet à la Table chantier pauvreté des Basques. Ce projet fut accepté et l’obtention d’une subvention du Fonds Solidarité et inclusion sociale de la CRÉ (Conférence Régionale des ÉluEs du Bas-Saint-Laurent) a permis l’embauche d’une coordonnatrice pour l’été 2015. Avec cette même subvention, il a été possible d’acheter de nouveaux outils et d’aménager le terrain pour qu’il soit accessible aux personnes à mobilité réduite et aux personnes âgées. Dans ce sens la Ferme-école des Basques a construit cinq bacs surélevés qui permettent de jardiner en hauteur.  Sébastien Bélanger a lui aussi contribué en adaptant le terrain avec de la poussière de roches pour en faciliter l’accès.

Cette année, pour la première fois, on a pu récolter échalotes,  poireaux,  navets, citrouilles, céleri, persil, romarin, camomille et sarriette, en plus des autres légumes cultivés habituellement.

Fête des récoltes

Toutes les personnes et groupes communautaires ayant participé au jardin collectif sont invités à la Fête des récoltes, mardi le 15 septembre dès 11h30, au Jardin collectif intergénérationnel de Trois-Pistoles. En cas de pluie, l’activité aura lieu à l’aréna.

Un merci particulier à Roger D’Amours et aux groupes communautaires participants : Centre d’aide aux proches aidants des Basques,  Carrefour Jeunesse-Emploi des Basques, Centre Alpha des Basques, Centre-Femmes Catherine-Leblond, CISSS du Bas Saint-Laurent, Cuisine collective Croc-Ensemble, École de langue française de Trois-Pistoles, Éveil des Basques, Maison des Jeunes de Trois-Pistoles, classe de maternelle de l’école Chanoine Côté, Périscope des Basques,  terrains de jeux de la Ville de Trois-Pistoles et la Villa des Basques.

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.