Accueil > Actualités > Grand projet de déploiement d’un réseau régional de transport collectif

Grand projet de déploiement d’un réseau régional de transport collectif

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous) Le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) travaille sur un projet de transport collectif régional interreliant les huit MRC de la région, un peu sur le modèle de ce qui est en place en Gaspésie avec la Régie intermunicipale de transport Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

« Nous travaillons de concert avec les huit MRC afin de proposer des circuits qui vont correspondre aux besoins des utilisateurs. Nous avons présentement neuf circuits de transport collectif sur le territoire, un par MRC, plus celui de la Ville de Rimouski, mais il n’est pas possible pour le moment de partir, par exemple, d’une municipalité des Basques pour se rendre recevoir des soins de santé à Rimouski ou à Rivière-du-Loup. Nous souhaitons proposer un circuit régional aux huit MRC d’ici la fin du printemps. Ça demande de jongler avec les horaires de certains trajets afin qu’ils convergent vers les villes centres, et de là vers les autres MRC », explique le directeur adjoint du CREBSL, Patrick Morin.

L’objectif du CREBSL étant évidemment de limiter l’utilisation des véhicules et de l’émission de gaz à effet de serre qui en résulte. « Si on peut éviter le deuxième véhicule familial en bonifiant le transport collectif, ce serait un bon pas », lance M. Morin.

Trois volets

Le projet de déploiement de la mobilité durable au Bas-Saint-Laurent du CREBSL comporte trois volets. Le premier est le transport collectif, le deuxième est l’électrification des transports et le troisième, l’autopartage. Les trois sont complémentaires et visent le même objectif de diminuer l’utilisation des véhicules personnels.

« Idéalement, on aimerait que les véhicules pour le transport collectif soient électriques, mais nous sommes prêts à commencer avec des véhicules à essence et à y aller par étape. Pour faciliter l’électrification des autobus, il faut déployer un réseau efficace de bornes de recharge et prévoir des moments de recharge dans les horaires des circuits. La décision va revenir aux décideurs. Nous effectuons un travail de concertation, mais on sent une volonté de la part des élus et des utilisateurs pour un circuit régional », indique M. Morin.

Une campagne de sensibilisation et de promotion aura lieu auprès de la population pour encourager l’utilisation du transport collectif au Bas-Saint-Laurent et informer les citoyens de ses impacts positifs sur les plans environnemental, social et économique. Le CREBSL signale que 55 % de la consommation annuelle de pétrole au Bas-Saint-Laurent provient des véhicules de promenade.

M. Morin signale que des citoyens ont pressé les conseils municipaux d’adhérer au mouvement visant à reconnaître l’urgence climatique. « Les gens sont de plus en plus conscientisés. Les besoins sont clairement présents pour du transport actif et collectif », précise celui qui cite en exemple la Municipalité de Saint-Anaclet-de-Lessard et la Ville de Rivière-du-Loup qui ont mis en place un système d’autopartage d’un véhicule électrique pour leurs employés.

Le covoiturage est un autre modèle à privilégier selon le CREBSL. La MRC de la Matanie a développé une plate-forme intéressante pour faciliter le covoiturage qui pourrait être étendu à l’ensemble de la région.

Photo : Philippe Cousineau Morin et Patrick Morin du CREBSL, devant le premier autobus scolaire électrique du Bas-Saint-Laurent. (Photo : courtoisie)

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.