Accueil > Économie > Vols régionaux supprimés : Québec peut et doit prendre l’initiative

Vols régionaux supprimés : Québec peut et doit prendre l’initiative

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-Le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Joël Arseneau, condamne vivement la décision d’Air Canada, qui a annoncé mardi la suspension indéfinie de 30 liaisons régionales, dont 8 au Québec.

Le transporteur abandonne aussi 3 escales régionales québécoises. Selon le PQ, le transport aérien, au Québec, est crucial pour l’occupation et le développement du territoire. « Pour les régions du Québec, l’annonce d’Air Canada est lourde de conséquences. La ville de Gaspé se retrouve sans liaison commerciale, alors que les dessertes aériennes de Mont-Joli, de Baie-Comeau et de Val-d’Or seront considérablement réduites. Or, pour les régions du Québec, pour l’occupation, le développement du territoire et la relance économique, le transport aérien est primordial », déclare Joël Arseneau.

Pas d’attente envers Air Canada

 À l’instar de son chef parlementaire, Pascal Bérubé, le député des Îles dit toutefois ne nourrir aucune attente envers Air Canada. « À notre avis, le temps est venu de nous tourner vers une option 100 % québécoise, Air Canada ayant prouvé depuis longtemps qu’elle n’a aucun respect pour les régions du Québec », a-t-il avancé.

De l’avis du député, la première chose que doit faire le gouvernement du Québec, c’est prolonger le Programme d’aide pour le maintien des services aériens régionaux essentiels en période d’urgence sanitaire, annoncé le 1er avril dernier, et ce, le temps qu’il faudra pour pallier cette situation regrettable. De plus, le programme devrait être élargi aux autres destinations abandonnées par Air Canada, ce qui implique bien sûr un ajustement de son financement en conséquence. Ce programme bonifié permettra de fournir des garanties de rentabilité aux entreprises qui prendront le relais d’Air Canada.

Groupe de travail

Par ailleurs, le ministre des Transports, François Bonnardel, doit convoquer d’urgence une rencontre du Groupe de travail permanent en transport aérien, chose qu’il a négligé de faire depuis son entrée en fonction. Questionné par le député Arseneau 6 mois après sa nomination, en avril 2019, M. Bonnardel reprochait aux libéraux de ne jamais avoir réuni ce groupe de travail… Un an plus tard, le ministre n’a encore tenu aucune rencontre. « De concert avec ce comité, le ministre doit déterminer quelles liaisons sont prioritaires et identifier les meilleures façons de faire pour désenclaver les villes et les régions du Québec. Ses membres doivent être convoqués dès que possible afin de jeter enfin les bases d’une véritable politique nationale de transport aérien », a poursuivi Joël Arseneau.

 « Air Canada, c’est du passé. L’avenir du transport aérien au Québec réside dans une option issue du Québec », a conclu le porte-parole du Parti Québécois en matière de transports. 

Photo: Le député Joël Arseneau. (Photo Facebook)

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.