Accueil > Économie > Un verger collectif pour les employés de Les Fibres de Verre Rioux

Un verger collectif pour les employés de Les Fibres de Verre Rioux

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-L’entreprise Les Fibres de Verre Rioux, de Sainte-Françoise, aménage et verger collectif avec et pour ses employés.

« Il est beaucoup question ces jours-ci d’autonomie alimentaire, du manger frais, bio et local. L’idée d’offrir aux employés une opportunité de se nourrir sainement et directement dans notre cours nous rend plein de joie. L’idée d’un vergé collectif a germé juste avant la pandémie, à l’époque où on parlait de pénurie de main d’oeuvre. Nous nous sommes demandé : « quel avantage distinctif avons-nous comme entreprise et comment pourrions-nous le mettre de l’avant afin de créer un attrait ? », indique le président et directeur général de l’entreprise, Jérôme Gagnon.

L’entreprise est située en pleine ruralité et entourée de forêt. « L’une de nos travailleuses vient chaque année ramasser des petites fraises sur notre grand terrain, nous avons donc réalisé que d’avoir un grand terrain en pleine campagne constituait un attrait qui pourrait être mis de l’avant. C’est ainsi que l’idée d’aménager un verger pour nos travailleurs est apparue. La nouvelle a évidemment été très bien reçue », précise M. Gagnon.

Ce sont près d’une centaine de plants qui auront été mis en terre pour le grand plaisir des travailleurs. « Nous avons fait une sélection de cultivars avec différentes saisonnalités afin d’obtenir des récoltes sur la période la plus longue possible. Ce sont donc plusieurs variétés de framboises, bleuets, noisettes, poires, prunes et pommes qui garniront les paniers de fruits de nos employés. La seule chose que ceux-ci auront à faire est de venir récolter le moment venu et de profiter de l’aménagement extérieur calme et paisible », ajoute M. Gagnon.

Une phase 2 ? Pourquoi pas ! « Nous avons offert à nos travailleurs de leur aménager des espaces jardins qu’ils pourront cultiver à leur guise. Des espaces qui pourront, comme bon leur semble, être cultivés individuellement ou collectivement. Une phase 3 ? Ce ne sont pas les idées qui manquent. Nous verrons comment tout ça va progresser, mais gageons que tout ce beau projet sera bonifié ».

Photo: Une centaine de plants ont été mis en terre. (Photo gracieuseté)

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.