Accueil > Économie > Pour une activité minière qui mise sur la prévisibilité et l’acceptabilité sociale

Pour une activité minière qui mise sur la prévisibilité et l’acceptabilité sociale

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-La ministre des Ressources naturelles et des Forêts, Maïté Blanchette Vézina, a présenté ce mardi à l’Assemblée nationale, le projet de loi modifiant la Loi sur les mines et d’autres dispositions.

Avec ce projet de loi, le gouvernement du Québec vient réaffirmer sa position sur la scène mondiale comme partenaire offrant un environnement d’affaires compétitif, attractif et répondant aux plus hauts standards de l’industrie. Il met de l’avant la transparence et la prévisibilité pour favoriser le développement de projets miniers qui suscitent l’adhésion de la société québécoise.

Le projet de loi concrétise également l’engagement de la ministre des Ressources naturelles et des Forêts à l’occasion de la démarche participative « Pour un développement harmonieux de l’activité minière », entamée en février 2023, auprès des citoyens et citoyennes ainsi que des représentants et représentantes des Premières Nations et Inuit, des municipalités, de l’industrie minière et des organismes environnementaux.

Encadrer l’octroi des droits d’exploration minière

Le projet de loi propose différents moyens pour freiner le phénomène spéculatif sur les droits exclusifs d’exploration (claims) et pour mieux contrôler l’accès aux ressources minérales québécoises. Pour ce faire, un processus de qualification pour être titulaire de ces droits sera notamment mis en place.

« La modernisation de la Loi sur les mines permet de poser les nouvelles bases du développement minier de demain au Québec, celui qui profitera aux générations futures. Les changements proposés permettront la réalisation de projets miniers porteurs pour nos régions et d’assurer leur accueil favorable dans les milieux dans lesquels ils s’implantent. On le fait en proposant que chaque nouvelle mine soit soumise au BAPE et en misant sur le développement de projets miniers là où le potentiel est réel. On vient ainsi confirmer le statut de leader du Québec en termes d’innovation et de bonnes pratiques. On met ainsi en place les conditions gagnantes pour accélérer notre transition énergétique. Je suis extrêmement fière de ce qu’on présente aux Québécois aujourd’hui », déclare la ministre Blanchette-Vézina.

Mieux concilier les usages du territoire

Le projet de loi propose également d’interdire les droits exclusifs d’exploration en terres privées et dans les périmètres d’urbanisation libres de droits miniers, sauf exceptions pour répondre aux préoccupations soulevées par la population.

Rehausser les exigences environnementales

Afin d’assurer une meilleure prévisibilité ainsi qu’une mise en valeur exemplaire des richesses que représentent les minéraux du Québec, le projet de loi prévoit l’assujettissement de toute nouvelle mine à la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement (PEEIE). Cela signifie que toute nouvelle mine, peu importe sa superficie et la quantité de minerai extrait, serait soumise au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Une compensation financière serait également

exigée pour assurer l’exécution de travaux de suivi et d’entretien sur les terres publiques une fois la restauration réalisée par les sociétés minières.

Maximiser les retombées des ressources minérales extraites

Les minéraux étant essentiels aux technologies qui participent à la transition énergétique, le projet de loi présente également des mesures qui visent à favoriser la transformation des ressources minérales au Québec, à développer l’économie circulaire et à faciliter le recyclage des minéraux pour, notamment, réduire le recours à l’extraction de nouvelles ressources.

Accroître l’efficacité pour l’ensemble de la filière minérale du Québec

Le projet de loi fait notamment la promotion des technologies de l’information permettant de faciliter les processus de communication avec les entreprises minières et, ainsi, de réduire les délais de traitement liés aux projets miniers. Ces allègements administratifs permettront de faire avancer la réalisation de projets miniers porteurs au Québec, tout en assurant leur acceptabilité sociale.

Photo : La ministre Maïté Blanchette-Vézina présente le projet de loi modifiant la Loi sur les mines et d’autres dispositions. (Photo courtoisie)

Share
You may also like
Bonification des consultations sur l’activité minière
Franc succès du 7e colloque annuel de l’Institut national des mines
La formation : propulseur du savoir minier québécois