Accueil > Actualités > Mitsou se souvient de Trois-Pistoles

Mitsou se souvient de Trois-Pistoles

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

Crédit photos: Mitsou Magazine – (Marjolaine Jolicoeur) – L’histoire de Mitsou, c’est aussi celle de la famille Rioux, de sa grand-mère Annette et de son grand-père Lucien qui ont élevé 12 enfants à Trois-Pistoles, sur la rue Morin.

« Quand je vais à Trois-Pistoles, je ne suis plus Mitsou Gélinas, mais Mitsou Rioux, du nom de famille de ma maman Solange qui a changé très jeune son nom pour Yuki  et qui était l’ainée de sa famille », lance l’animatrice, la femme d’affaires et la chanteuse en entrevue téléphonique avec L’Horizon.

Née à Loretteville en 1970, Mitsou fut cependant baptisée à l’église Notre-Dame-des-Neiges de Trois-Pistoles. « C’est ma grand-mère Annette, maintenant âgée de 97 ans, qui est ma marraine. J’ai énormément de tendresse pour elle. C’est une femme extraordinaire. On s’aime beaucoup, beaucoup! »

Pistoloise d’adoption

Toute petite, Mitsou venait chaque été passer une semaine dans sa famille pistoloise : « On cueillait des fraises des champs et ma grand-mère faisait de la confiture. Mon grand-père Lucien était camionneur. Je me souviens de son rire, de sa voix. »

Quand les enfants quittent le nid familial, Annette recevra pendant plusieurs années des étudiants anglophones venus étudier le français à Trois-Pistoles : « Il m’est arrivé souvent, en tournée pour des spectacles, de rencontrer des anglophones qui me disaient qu’ils avaient été hébergés par ma grand-mère et comment elle était une bonne cuisinière. »

Les Noëls passés dans le Bas-du-Fleuve restent aussi un souvenir marquant : « On roulait en voiture jusqu’à Trois-Pistoles, parfois en pleine tempête, pour se retrouver dans la petite maison de la rue Morin. Ça parlait fort, ça chantait, il y avait de la musique, et l’ambiance était très chaleureuse. »

Un monde plutôt éloigné des réunions dans la famille de son père, le comédien Alain Gélinas.

Né dans un clan d’artistes, ce dernier est le fils de Gratien Gélinas (1909-1999), comédien, metteur en scène et dramaturge immensément populaire durant la Deuxième Guerre mondiale avec ses revues Les Fridolinades et qu’on considère comme l’un des fondateurs du théâtre mais aussi du cinéma québécois contemporains.

« C’était un karma différent chez ces gens de théâtre habitués à être mis en lumière. L’ambiance était correcte, mais elle n’était pas la même que chez les Rioux », raconte pudiquement Mitsou.

Je reviendrai à Trois-Pistoles

Mitsou essaie de passer, à chaque été, quelques jours à Trois-Pistoles avec ses filles Stella-Rose et Mila. Pour y faire du kayak avec son cousin Mikaël Rioux, se la couler douce à la grève Fatima et bien sûr pour visiter sa famille pistoloise tout comme sa grand-maman.

« Le fleuve a un effet d’apaisement autant sur moi que sur mes filles. Les grosses roches de la grève m’énergisent, la beauté de la nature, le calme. Mon adrénaline de Montréalaise descend et je refais connaissance avec la Rioux que je suis. »

 Mitsou entourée de sa grand-mère Annette, de sa sœur Abeille et de sa mère Yuki

800-Mitsou 3

 La famille Rioux de Trois-Pistoles

800-Mitsou 4

 

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.