Accueil > Actualités > Mise en garde contre les vendeurs de thermopompes malhonnêtes

Mise en garde contre les vendeurs de thermopompes malhonnêtes

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-La Régie du bâtiment du Québec (RBQ) met en garde les citoyens concernant la vente sous pression de systèmes de climatisation de type thermopompe pour améliorer l’efficacité énergétique de leur habitation.

Avec l’arrivée de la saison chaude et la récente décision du gouvernement de bonifier le programme de rénovation résidentielle Rénoclimat, certains entrepreneurs malhonnêtes pourraient être tentés de profiter de la situation.

Vente sous pression
Depuis les dernières années, un stratagème de vente sous pression est utilisé par ces entreprises. Un client potentiel est sollicité par téléphone dans le but de lui vendre un appareil thermopompe censé lui faire réaliser d’importantes économies sur le coût de son chauffage. L’interlocuteur peut parfois prétendre faussement être mandaté par un organisme tel que la RBQ. Sachez qu’aucune autorité gouvernementale ne fait de sollicitation téléphonique pour promouvoir un programme de subvention.

Lors de la rencontre au domicile du consommateur, le représentant l’incite à signer le contrat le jour même, en vantant le programme de crédit d’impôt disponible et en insistant sur de fausses économies d’énergie. Les travaux d’installation de l’appareil sont souvent effectués dès le lendemain matin. Dans la plupart des cas, l’unité de thermopompe est vendue à des coûts qui dépassent largement sa valeur. Plusieurs clients éprouveront par la suite des problèmes avec l’appareil et ne pourront obtenir de services auprès de ces entreprises.

Avant de signer quoi que ce soit… 
Les consommateurs ne devraient jamais prendre de décision hâtive sous la pression d’une personne trop insistante. La RBQ recommande aux consommateurs de faire les vérifications qui s’imposent.

Avant de confier à une entreprise des travaux de rénovation ou de construction, les consommateurs doivent :

  • s’assurer qu’elle est titulaire d’une licence d’entrepreneur en règle. Le numéro de licence doit être affiché sur les publicités, les soumissions, les contrats, les factures et les cartes professionnelles. Les consommateurs peuvent vérifier la validité de la licence en consultant le Registre des détenteurs de licence sur le site de la RBQ.
  • obtenir au moins deux autres soumissions pour fins de comparaison. Les soumissions doivent être détaillées, tout comme les factures.
  • effectuer tout paiement une fois les travaux terminés.

Il est aussi suggéré de vérifier auprès de l’Office de la protection du consommateur le numéro de permis du vendeur itinérant, si la sollicitation se fait par téléphone ou par porte-à-porte. Du même coup, il serait prudent de vérifier s’il y a des plaintes à l’endroit de ce vendeur.

De plus, la carte professionnelle du représentant est également une autre source d’information importante, car si l’adresse qui y figure est uniquement une case postale ou encore un numéro de cellulaire, méfiez-vous!

Pour dénoncer 
Les citoyens ayant vécu des situations similaires sont invités à nous les dénoncer au 1 800 361-0761 ou en remplissant le formulaire de plainte concernant les services rendus par votre entrepreneur disponible au www.rbq.gouv.qc.ca/services. Toutefois, la RBQ n’est pas un tribunal et n’a pas le pouvoir de régler un litige contractuel. Les dénonciations serviront à documenter, à enquêter et éventuellement à intervenir sur le maintien de la licence de l’entrepreneur.

Photo gracieuseté Unsplash

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.