Accueil > Actualités > Mettre en valeur le monde agricole dans Les Basques

Mettre en valeur le monde agricole dans Les Basques

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Marjolaine Jolicoeur) – La MRC des Basques travaille actuellement à la révision de son Plan de développement de la zone agricole (PDZA). Sous l’égide du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), ce document de planification vise à mettre en valeur le milieu agricole et agroalimentaire en concertation avec les agriculteurs, les transformateurs et les élus.  Pour l’élaboration de ce PDZA revisé, un comité de suivi a été constitué avec des membres du CLD, de la SADC, de l’UPA des Basques, de COSMOSS et de plusieurs personnes-ressources.

« On veut rassembler nos forces dans une vision commune afin que nous puissions, tous ensemble, élaborer un plan d’action pour le milieu agricole et agroalimentaire », indique Julien Harvey, coordonnateur du projet, et qui occupe aussi la fonction d’aménagiste à la MRC des Basques.

Dix ans plus tard

En 2008, un portrait des Basques avait été effectué démontrant comment le monde agricole s’avérait un important levier économique en matière d’emplois et de support du milieu rural. À ce moment-là, la MRC comptait 200 entreprises agricoles enregistrées au MAPAQ, dont plus de 66 % tiraient leurs revenus des productions animales; la production laitière demeurait la plus importante avec 64 fermes. Qu’en est-il 10 ans plus tard? Quelles sont les différentes tendances des filières agricoles?

« En effectuant en premier lieu un portrait et un diagnostic, cela va nous permettre de comparer nos données avec celles de 2008. Par exemple, on voit surgir de nouvelles tendances dans Les Basques : la production de porc est en croissance, celle du mouton en perte de vitesse, la production acéricole est bien ancrée dans la région et on note un intérêt marqué pour la production maraîchère », poursuit M. Harvey.

Quel futur pour l’agriculture?

Ces données, évidemment partielles, s’ajouteront à celles récoltées par le chargé de projet Jean-Sébastien Delorme : « Je vais rencontrer les différents intervenants et réunir de l’information sur le nombre de fermes, de producteurs agricoles ou d’entreprises de transformation. Le portrait qui en ressortira est à la base du projet, sur lequel s’appuieront l’étape du diagnostic puis celle du plan d’action », nous dit-il.

Les différentes étapes pour l’élaboration de ce PDZA révisé s’échelonneront jusqu’en novembre 2018. Des consultations auront lieu en avril, mai et juin avec les producteurs agricoles et les secteurs de la transformation agroalimentaire et de la mise en marché.

Deux entreprises s’occupent des communications : Géo’graph et Bleu Fort communications; la première spécialisée en planification territoriale et la deuxième dans l’agroalimentaire.

Share

1 Response

  1. Jennifer

    Bonjour je suis Horticultrice diplômée et souhaite travailler en agriculture biologique pour la saison 2018.
    Pouvez-vous m’aider?
    Ou
    Me référer à des fermes cherchant une ouvrière bien travaillante?

    Merci!

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.