Accueil > Actualités > Mes vœux du Nouvel An par Hélaine Pettigrew directrice générale de L’Horizon

Mes vœux du Nouvel An par Hélaine Pettigrew directrice générale de L’Horizon

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

Une autre année d’écoulée. Comme le temps nous glisse entre les doigts… Déjà Noël qui sonne à nos portes. Nous allons encore entrer dans une course effrénée afin de trouver le cadeau idéal pour chaque personne de notre entourage. Certains vont passer leur soirée sur Internet à fouiner dans les « rayons » des boutiques virtuelles. Mais moi, je n’aime pas vraiment ce mode d’achat. J’ai besoin de toucher, de voir sous tous les angles, de sentir ou même de goûter. Je préfère nettement aller à la rencontre de ceux qui travaillent dans les commerces près de chez moi et qui me connaissent. Quand un employé ou souvent le propriétaire te conseille l’achat d’un cadeau, généralement il connaît même la personne à qui tu souhaites l’offrir. C’est totalement unique et privilégié comme contexte, et j’y trouve toujours mon compte.

À la recherche d’un livre pour une amie, un libraire m’a déjà répondu : « N’achète pas celui-là, son conjoint est venu lui acheter hier. » Je sais bien qu’il y a toujours l’option d’échange après les Fêtes, mais  je préfère éviter ce tracas à quelqu’un. Il y a aussi cette fois à la pharmacie, quand la dame aux cosmétiques m’a offert son aide et m’a suggéré la crème pour le corps que ma belle-sœur adore. Des exemples comme ça, j’en ai à la tonne.

Achat local

L’achat local pour moi, c’est sans contredit une manière de sauver du temps, mais c’est avant tout de permettre à des familles de gagner leur vie, à des étudiants de pouvoir travailler dans leur milieu. C’est de contribuer au maintien de services de proximité et de profiter de conseils ultra personnalisés.

Depuis quelque temps, je me suis rendu compte à quel point nous étions chanceux de vivre une ère de relève chez nos commerçants, une relève jeune et dynamique, remplie de passion et d’idées. Un vent de fraîcheur s’installe dans Les Basques; un vent profitable et rassurant. Les fermetures de commerces sont en décroissance, l’offre de services demeure chez nous et augmente même, car les projets entrepreneuriaux fourmillent.

Grande diversité d’entreprises

J’aime me faire suggérer de nouvelles coupes de viande ou des mets à cuire sans trop de tracas à la Boucherie Centre-Ville. Ça me réjouit lorsqu’on me propose de commander un modèle de soulier pour moi chez Horizon Chasse et Pêche, et lorsque j’entre chez Kadorama et que j’y retrouve un coin cadeau, électronique et papeterie. Ça fait plaisir lorsqu’un conseiller à la pharmacie prend le temps d’écouter mes besoins, puis me présente différentes options pour y répondre. Et je ne vous les nomme malheureusement pas toutes les petites attentions de tous les jours, car ce serait trop long…

Nous avons un plombier, un garagiste, une chiropraticienne, une entreprise de chaga, une autre d’usinage, et j’en passe. Ces commerçants représentent de jeunes familles installées dans Les Basques qui font elles aussi partie intégrante de notre quotidien et du développement de notre belle région.

Nous profitons aussi des bons services de tous ceux installés chez nous, qui bien campés dans notre décor, nous sont loyaux depuis plusieurs années. Leur expérience et la connaissance de leur clientèle sont indéniables. Il faut réaliser la chance d’avoir des gens de cœur pour nous servir et nous conseiller. C’est donc à nous de changer nos habitudes de consommation.

Pour l’année qui vient, je souhaite vivement que chacun prenne un moment de réflexion avant d’effectuer ses achats hors de notre riche région. Car ces hommes et ces femmes investis et passionnés, ces commerçants qui nous entourent, ont aussi besoin de nous pour nous offrir encore plus, encore longtemps.

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.