Accueil > Actualités > Maxime Blanchette-Joncas fulmine contre le gouvernement fédéral

Maxime Blanchette-Joncas fulmine contre le gouvernement fédéral

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-Le député Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas fulmine, car il considère que le gouvernement Trudeau trébuche à nouveau dans la faille du programme de la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE).

Il y a près de deux semaines, on apprenait que des voyageurs d’agrément en déplacement non essentiels pouvaient toucher des indemnités de 1000 $ en raison de la quarantaine obligatoire à leur retour. Or, selon le député bloquiste, les correctifs envisagés par le gouvernement libéral ne font que nous enliser davantage dans l’incohérence. « Le gouvernement agit en amateur en ne respectant pas les honnêtes citoyens et en récompensant ceux qui enfreignent les règles de base de la Santé publique! » lance d’entrée de jeu le député Blanchette-Joncas.

Le 2 janvier, le gouvernement a pris conscience à retardement de son échec et sa décision unilatérale de stopper l’accès à cette mesure le lendemain, le 3 janvier, est tout simplement inacceptable, injustifiable, aux limites de l’arbitraire et frise le ridicule.

« La faille administrative remonte à la promulgation, le 2 octobre dernier, du projet de loi C-4 comprenant un train de mesures d’aide de la part du gouvernement. La simple logique voudrait que la rectification entre en vigueur rétroactivement à cette date », a fait valoir le député Blanchette-Joncas, en ajoutant : « On ne corrige pas une inégalité par une autre! »

Deux poids, deux mesures

L’état actuel des choses signifie que les gens qui sont allés dans le Sud à Noël peuvent recevoir la prestation de 1000 $, mais pas ceux revenus après le 3 janvier. C’est un non-sens aux yeux de l’élu bloquiste.

« Il ne peut y avoir deux poids, deux mesures! Les voyages d’agrément, fondamentalement non essentiels, étaient déconseillés. La date choisie pour enfreindre les consignes claires ne devrait pas servir à dédommager les insouciants qui se sont littéralement foutu des règles de base dans l’effort collectif à enrayer la pandémie », a martelé Maxime Blanchette-Joncas.

Le député maintient que la décision du gouvernement de fixer unilatéralement la fin de la mesure au 3 janvier s’avère ni plus ni moins irresponsable et injuste. « Les libéraux s’achètent des votes auprès des voyageurs égoïstes au détriment de tous ceux qui consentent des sacrifices pour respecter les directives de la Santé publique. Mon téléphone ne dérougit pas d’appels de colère et je comprends les gens. On n’a pas à subventionner les vacances de ces insouciants! », conclut-il, en déclarant du même souffle qu’Ottawa devrait prendre des moyens pour restreindre les séjours à l’étranger afin d’éviter que ne se reproduise pareille situation.

Photo: Maxime Blanchette-Joncas (Photo courtoisie)

Share
You may also like
Les demandes du Bloc Québécois pour une vraie relance
Lutter contre les discours haineux en ligne
La députée de Gaspé souhaite la reprise du sport organisé pour les jeunes
Le Bloc somme le gouvernement de respecter ses engagements en matière de gestion de l’offre

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.