Accueil > Actualités > L’HÉRITAGE I : « ENCORE BON POUR 25 À 40 ANS »

L’HÉRITAGE I : « ENCORE BON POUR 25 À 40 ANS »

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Texte: Richard Daigle-Journal L’Horizon)-  Loin d’être « en fin de vie », comme le soutenait la Société des traversiers du Québec et le ministre québécois des Transports, François Bonnardel, L’Héritage I est « encore bon pour 25 à 40 ans », selon les conclusions de l’expert naval embauché par la MRC des Basques pour évaluer l’état du traversier, Denis Lecours, qui a travaillé pendant 18 ans pour Transport Canada.

De plus, le Chantier maritime Verreault a construit L’Héritage précisément pour les besoins de la traverse Trois-Pistoles — Les Escoumins, tenant compte de ses cales sèches et avec un acier de meilleure qualité que celui d’aujourd’hui, ce qui le rend d’autant plus solide.

Ce rapport se base sur l’entretien assuré jusqu’à maintenant par la Compagnie de navigation des Basques (CNB). Si elle garde le cap sur cette discipline, l’expert se dit convaincu que le navire peut encore effectuer la navette entre Trois-Pistoles et Les Escoumins pour autant d’années, même s’il ne peut pas s’engager sur une durée de vie.

Pour le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis, cette conclusion vient contredire l’avis de la Société des traversiers du Québec, qui selon lui, « est excellente en traverses, mais zéro en traversiers », comme le démontrent les multiples ratés des derniers mois aux différents services qu’elle assume. M. Denis rappelle en contrepartie que la Compagnie de navigation des Basques a investi 4 M$ au cours de la dernière décennie pour maintenir à flot son bateau et répondre aux exigences de Transport Canada.

Le préfet des Basques ajoute qu’il fournira au ministre des Transports du Québec toutes les assurances nécessaires pour calmer ses inquiétudes quant à la sécurité du bateau. Bertin Denis souhaitait rencontrer François Bonnardel dans la semaine du 9 décembre, mais il admet que cela aura lieu sans doute plus tard, le temps que le ministre et son cabinet consultent le nouveau rapport. Selon M. Denis, le chef de cabinet de M. Bonnardel croit que cette discussion pourrait se tenir avant les Fêtes. 

Rappelons que la Compagnie de navigation des Basques demande le soutien de Québec pour des radoubs évalués de 5 M$ à 6 M$. Ces travaux concernent le remplacement de plaques de métal de la coque. Les moteurs et la transmission du navire ont récemment été remplacés.

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.