Accueil > Économie > Les Producteurs de grains réclament un meilleur accompagnement dans le budget d’aujourd’hui

Les Producteurs de grains réclament un meilleur accompagnement dans le budget d’aujourd’hui

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-À la suite de l’annonce de la date de ce 25 mars comme date officielle de la publication du budget 2021-2022 du gouvernement du Québec, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) souhaitent rappeler leurs recommandations budgétaires.

Celles-ci sont appuyées par les constats de l’étude portant sur la compétitivité du secteur des grains au Québec, effectuée pour le compte du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

«?Nous croyons que le budget 2021-2022 est une excellente occasion pour le gouvernement de relever les défis associés à la compétitivité du secteur des grains identifiés dans l’étude sur la compétitivité dans le secteur des grains. À cet effet, l’étude renforce nos constats des dernières années à l’effet que l’environnement global dans lequel évoluent les producteurs de grains du Québec ne leur permettra pas de rivaliser avec leurs compétiteurs étrangers, si rien n’est fait. De notre point de vue, l’étude confirme ainsi la pertinence de nos recommandations adressées au gouvernement dans le cadre du budget 2021-2022 du gouvernement du Québec et nous offrons ainsi à celui-ci d’être un partenaire engagé pour la pérennité du secteur », déclare Christian Overbeek, président des PGQ.

L’étude démontre que les paiements de transfert que reçoivent les producteurs québécois sont plus faibles que ceux reçus par leurs compétiteurs étrangers. Également, celle-ci établit que le cadre environnemental au Québec est plus sévère que celui des autres provinces canadiennes et des États-Unis. Enfin, l’étude permet de constater que la rémunération des efforts environnementaux est plus faible au Québec qu’ailleurs.

En ce sens, voici quelques recommandations des PGQ dans le cadre du budget 2021-2022 :

•             Que toutes les interventions gouvernementales à l’endroit du secteur de la production de grains (sécurité du revenu, agroenvironnement, fiscalité agricole, etc.) s’inscrivent dans un esprit d’obtention par les producteurs d’une rétribution d’une juste valeur pour leur production et appliquent le plus possible la notion de réciprocité vis-à-vis des producteurs d’ailleurs dans le monde, notamment en reconnaissance des besoins de compétitivité du secteur;

•             Mettre en place des programmes d’investissements plus importants et mieux adaptés pour améliorer la compétitivité du secteur des grains et sa performance agroenvironnementale;

•             Mettre en place des programmes permettant aux entreprises d’être compétitives et durables tout en favorisant l’investissement.

Photo: Grains. (Photo Unsplash)

Share
You may also like
Plusieurs bonnes nouvelles pour la relance économique selon la ministre responsable de la région
De bonnes nouvelles pour les municipalités de la région dans le budget du Québec
Plusieurs mesures fortes pour relancer l’économie des régions
Un budget avec des opportunités, mais aussi des rendez-vous manqués

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.