Accueil > Économie > Les producteurs de grains réclament des leviers économiques

Les producteurs de grains réclament des leviers économiques

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-À quelques semaines du budget 2024 -2025 du Québec, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) expriment leurs attentes à l’égard de celui-ci.

Les PGQ souhaitent que le ministre des Finances, Eric Girard, saisisse l’occasion pour mettre en place des leviers économiques qui permettront de soutenir adéquatement et durablement les producteurs alors que les défis en matière de compétitivité, d’agroenvironnement et de résilience face aux changements climatiques ne cessent de s’exacerber.

« À l’aube du budget 2024-2025 du Québec, nous tenons à rappeler la contribution essentielle des producteurs de grains d’ici à l’autonomie alimentaire de la province, en approvisionnant le marché intérieur et en fournissant des intrants à tout le secteur agricole. Malgré leur rôle important, les producteurs font face à un lot de défis financiers et environnementaux qui minent la pérennité de la compétitivité du secteur. Nous enjoignons donc au ministre des Finances, M. Eric Girard, de débloquer les sommes nécessaires pour que soient mises en œuvre des mesures spécifiques qui contribueront entre autres à la compétitivité du secteur, à la transition vers des pratiques agroenvironnementales durables, à l’équité en matière de tarification carbone, ainsi qu’aux enjeux particuliers des régions éloignées. En soutenant adéquatement nos producteurs, le gouvernement leur permettrait de rester compétitifs sur nos marchés et de s’imposer davantage dans l’exportation sur les marchés internationaux, ce qui mène inévitablement à la création nette de richesse pour le Québec », affirme le président des PGQ, Christian Overbeek.

Résumé des attentes

Essentiellement, les attentes prébudgétaires des PGQ se résument ainsi :

1. Que le gouvernement accorde un financement aux programmes qui est compétitif avec celui offert par les régions productrices concurrentes et qui permet de pérenniser la compétitivité des producteurs du Québec, nettement moins soutenus que leurs compétiteurs nationaux et internationaux;

2. Que le gouvernement s’inspire des pratiques européennes pour mieux soutenir la compétitivité du secteur des grains en matière d’agroenvironnement et de soutien aux régions éloignées;

3. Que le gouvernement mette en place une politique de rétribution des pratiques agroenvironnementales visionnaire et à long terme — et non plus discrétionnaire — comportant des sommes annuelles de 50 M$ pour soutenir les producteurs dans leur transition vers des pratiques plus durables;

4. Que le gouvernement offre les leviers économiques nécessaires pour répondre spécifiquement aux enjeux des producteurs des régions dites prioritaires;

5. Que le gouvernement favorise une meilleure équité dans l’application de la tarification carbone, en compensant les coûts inhérents et en permettant aux agriculteurs d’échanger des crédits compensatoires;

6. Que le pouvoir de taxation des municipalités soit revu pour être plus équitable, et qu’il soit basé en fonction des services offerts.

De multiples obstacles

« Les recommandations prébudgétaires que nous partageons ont le potentiel d’aider directement les producteurs québécois à surmonter les multiples obstacles auxquels ils font face. Les investissements consentis dans les dernières années par le gouvernement pour soutenir notre secteur sont louables. Or, ils ne sont pas suffisants dans le contexte hautement défavorable dans lequel nous évoluons. Des investissements supplémentaires ciblés, comme nous le proposons, sont nécessaires », ajoute Christian Overbeek.

Enfin, les PGQ tiennent à réitérer leur plus entière collaboration envers le gouvernement dans la mise en œuvre de mesures de soutien au secteur des grains. Rappelons que lorsque le secteur des grains se porte bien et génère des richesses sur le territoire, ce sont tous les Québécois qui en profitent, notamment pour financer les services essentiels.

Photo : Le président des PGQ, Christian Overbeek. (Photo courtoisie)

Share
You may also like
Budget fédéral : le milieu agricole déçu
Des préoccupations pour l’avenir de certaines entreprises agricoles
Obtenir de l’aide pour réussir son transfert de ferme
Effondrement du revenu net agricole : du jamais vu depuis 1938

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.