Accueil > Actualités > Les chiropraticiens en renfort pour désengorger le système de santé

Les chiropraticiens en renfort pour désengorger le système de santé

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Opinion du lecteur)-Avec le récent dépôt du budget provincial 2024-2025, le gouvernement du Québec souhaite poursuivre le développement du Guichet d’accès à la première ligne (GAP) afin de bien répartir les besoins en santé des Québécois et des Québécoises.

Bien qu’il s’agisse d’une excellente initiative permettant l’amélioration de la fluidité dans les différents services de santé, l’apport des chiropraticiens demeure une option négligée par le gouvernement dans le cas des patients souffrant de conditions neuromusculosquelettiques.

Effectivement, lorsqu’un patient utilise les services du GAP ou du 811 afin d’obtenir un rendez-vous concernant des problèmes neuromusculosquelettiques, il est redirigé vers un médecin de famille ou encore, vers une clinique externe. Dans un esprit de complémentarité des professions et d’élargissement des pratiques, nous sommes d’avis que l’inclusion des chiropraticiens dans les services de référencement publics favoriserait une prise en charge plus efficace pour les personnes souffrant de problèmes neuromusculosquelettiques. Nous croyons aussi fermement que l’inclusion des services chiropratiques dans ce référencement permettrait non seulement une amélioration considérable de l’accessibilité des soins, mais contribuerait également à désengorger notre système de santé publique.

Analyse des examens radiologiques

Forts de leur formation universitaire et détenteurs d’un doctorat de 1er cycle, les chiropraticiens peuvent effectuer et analyser des examens radiologiques. Ils sont également en mesure de procéder à la prescription des imageries médicales avancées, telles des imageries par résonance magnétique, des échographies, des tomodensitométries et des ostéodensitométries. La chiropratique est une profession encadrée par la Loi sur la chiropratique ainsi que le Code des professions. Les chiropraticiens sont encadrés par un ordre professionnel – l’Ordre des chiropraticiens du Québec – qui assure tous les mécanismes de protection du public découlant du système professionnel. Pourquoi ne pas mettre les chiropraticiens à contribution – à plus forte raison en cette période critique pour le réseau de la santé?

Déploiement numérique

Avec un investissement de 113 M$ sur cinq ans afin d’améliorer le déploiement numérique du GAP ainsi que la volonté du gouvernement d’offrir un service plus humain et efficace dans le Plan santé déposé par le ministre Dubé, le gouvernement se dirige dans la bonne direction afin d’améliorer le réseau de la santé. Toutefois, nous soutenons que l’utilisation de toutes les ressources disponibles, dont l’ajout des chiropraticiens aux services de référencement publics et, plus largement, dans la trajectoire des soins, permettrait de concrétiser cette volonté de progresser en favorisant le désengorgement du réseau de la santé, la diminution des consultations inutiles, la réduction de la paperasse administrative, mais surtout l’amélioration de l’efficacité et de la rapidité de la prise en charge pour les usagers.

Par le Dr Guillaume Corbin, chiropraticien et président de l’Association des chiropraticiens du Québec

Photo : Le Dr Guillaume Corbin. (Photo courtoisie)

Share
You may also like
Quel avenir pour les Basques?
Valoriser les garderies privées subventionnées
Mobilité durable : se donner les moyens de nos ambitions
Le milieu agricole reste solidaire au terme d’une année préoccupante