Accueil > Actualités > Les 11 maires de la MRC des Basques appuient à l’unanimité la création du Parc Inter-Nations

Les 11 maires de la MRC des Basques appuient à l’unanimité la création du Parc Inter-Nations

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

Crédit photo: Journal L’Horizon – La MRC des Basques et la Première Nation Malécite de Viger reçoivent  l’appui unanime des 11 maires des municipalités de la MRC à la création du Parc Inter-Nations.

Fortes de ce consensus régional, elles invitent de nouveau l’ensemble des partis politiques à s’engager publiquement à redonner accès à la population aux terres publiques de la région et à mettre fin aux privilèges exclusifs accordés au Club privé de chasse et de pêche Appalaches.

Les 11 maires ont adopté à l’unanimité une résolution appuyant « les actions entreprises par le Parc Inter-Nations » visant à « convaincre les candidats aux élections […] de s’engager à redonner aux citoyens […] les droits de chasses, de pêches et de piégeage sur le territoire des Basques », lors de la dernière réunion du conseil de la MRC des Basques.

Pour le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis : « Cet appui unanime des maires témoigne du consensus qui existe parmi les élus de la région quant à la nécessité d’agir pour corriger cette erreur historique et l’injustice qui prévaut depuis maintenant 50 ans. En plus de brimer les droits des citoyens, la situation actuelle se traduit par des pertes financières importantes pour la population et la MRC des Basques, l’une des plus défavorisées au Québec. Maintenant, nous espérons que les candidats à l’élection québécoise en cours qui ne l’ont pas encore fait emboiteront le pas et afficheront publiquement leur appui à la création du Parc Inter-Nations. » 

À propos du Parc Inter-Nations

La MRC des Basques et la Première Nation Malécite de Viger souhaitent l’intervention du gouvernement du Québec afin de créer le Parc Inter-Nations et redonner accès à la population à un territoire public de quelque 150 kilomètres carrés, dont l’accès est présentement restreint par les privilèges exclusifs accordés à un club privé de chasse et de pêche. Partenariat unique au Québec, le projet prévoit le développement d’activités touristiques, de plein air et d’hébergement, de même que l’établissement d’un hôtel, d’un restaurant, d’un musée et d’un centre de ressourcement. Les droits de chasse à l’orignal y seraient déterminés par tirage au sort, accessible à tous, dans le respect de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.