Accueil > Actualités > Le Projet Littoral de Véronik Rioux-Pin

Le Projet Littoral de Véronik Rioux-Pin

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Marjolaine Jolicoeur) Projet Littoral est la toute nouvelle entreprise de Véronik Rioux-Pin, une Rimouskoise établie depuis quelques années à Sainte-Françoise. « C’est comme un retour à mes racines puisque mes grands-parents viennent de Saint-Clément. L’environnement de Sainte-Françoise est très sympathique, un endroit idéal pour mes trois enfants ».

La trentenaire a fondé son entreprise parce qu’elle voulait, dit-elle, aménager sa vie en fonction de sa famille. Cette diplômée du baccalauréat en géographie propose un service spécialisé de consultation et d’accompagnement pour la  restauration et l’aménagement des littoraux.

« Mon conjoint, lui-même géographe, a fondé GEO Gestion qui est en lien avec l’analyse et la prévention des risques naturels. Comme son entreprise donne aussi des conseils d’aménagement du territoire, je me suis associée à lui pour tout ce qui concerne les berges maritimes ».

Restaurer et aménager le littoral

Alors qu’on prévoit dans un futur proche une augmentation du niveau de la mer de 30 à 75 centimètres pour le Golfe du Saint-Laurent, est-il possible de protéger adéquatement nos bords de mer ?

« La végétalisation des berges permet de diminuer les inondations et l’érosion, beaucoup plus qu’une infrastructure rigide comme un muret ou un enrochement » explique Véronik Rioux-Pin qui, dans le cadre de ses études et de son travail, a parcouru un grand nombre de littoraux du Québec maritime pour les analyser.

L’implantation de plantes indigènes s’avère une solution à la fois écologique et moins coûteuse. Une bande de rosiers en retrait empêche, par exemple, la projection des débris tout en stabilisant le sol. Le blé de mer – l’Élyme des sables d’Amérique – avec ses très longues racines retiendra le sable des plages. « Il y a aussi la gesse maritime qui est la compagne idéale de l’Élyme, poursuit Véronik Rioux-Pin.  Et la livèche écossaise – ou persil de mer – apporte de la diversité à l’aménagement du littoral tout en étant comestible.  ».

Projet Littoral

Ces plantes utiles pour les littoraux participent à la biodiversité des écosystèmes et à la beauté des paysages. Un plus aussi pour les oiseaux et la faune en général.

 À Sainte-Françoise, Projet Littoral dispose d’une serre pour cultiver ces plantes indigènes et  vend aussi des semences. La production commencera dès la fin février.

Information : www.projetlittoral.com/418. 851.2010  ou projet.littoral.vrp@gmail.com

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.