Accueil > Actualités > Le député Maxime Blanchette-Joncas à la défense du tourisme et des travailleurs saisonniers

Le député Maxime Blanchette-Joncas à la défense du tourisme et des travailleurs saisonniers

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous) Même si des gains ont été obtenus auprès du gouvernement fédéral, le député bloquiste de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, estime qu’il faut en faire encore plus pour soutenir l’industrie touristique et les travailleurs saisonniers.

« Dans le dossier du tourisme, nous avons une très bonne écoute. Dès le lendemain de notre point de presse, la ministre Mélanie Joly confirmait une aide de 211 M $ via les fonds d’aide de la SADC (71 M $) et de Développement économique Canada (140 M $) pour soutenir les entreprises du tourisme, de l’événementiel, de la culture et des sports. C’est un pas dans la bonne direction, mais ça va prendre plus que ça. Nous avons demandé à ce que l’enveloppe de 95 M $ de Destination Canada servant à la promotion du Canada à l’international soit transférée pour de la promotion interprovinciale puisqu’il n’y aura pas de tourisme international en 2020. Nous avons l’assurance que plus de 70 M $ seront partagés entre les provinces. On ne connaît pas encore la part du Québec », indique celui qui est aussi porte-parole du Bloc Québécois en matière de tourisme.

Programme spécifique pour les coûts fixes demandés

L’Alliance de l’industrie touristique du Québec réclame un programme spécifique pour couvrir les coûts fixes des entreprises touristiques. « Les entreprises doivent composer avec des frais fixes d’opération alors que l’achalandage risque d’être à la baisse. Plusieurs sites touristiques ne pourront offrir toutes les activités. Par exemple, le Site historique maritime de la Pointe-au-Père ne pourra pas faire visiter le sous-marin Onondaga parce que c’est un espace confiné », ajoute M. Blanchette-Joncas.

Travailleurs saisonniers

« Les zones grises ou les exclusions se multiplient dans les programmes fédéraux annoncés jusqu’à maintenant, étant donné les conditions particulières de ce secteur d’activité. Ottawa doit par conséquent ajuster ses programmes à ces conditions s’il veut éviter une catastrophe pour les entreprises et leurs travailleurs. Que va-t-il arriver l’an prochain aux travailleurs saisonniers qui se sont retrouvés sur la PCU ce printemps? Il faut s’assurer qu’ils se qualifient à l’assurance-emploi », insiste le député.

Services Canada

Par ailleurs, Maxime Blanchette-Joncas ne comprend pas pourquoi les bureaux de Services Canada sont toujours fermés alors que les commerces sont ouverts. « Ça devrait être considéré comme un service essentiel. Ce n’est pas tout le monde qui a accès à Internet pour faire ses demandes ou qui est à l’aise de le faire par téléphone. Il n’y a pas une journée où mon bureau ne reçoit pas un appel de quelqu’un qui n’est pas capable d’avoir la ligne pour une demande à Services Canada », déplore-t-il.

Photo : Le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas. (Photo : gracieuseté)

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.