Accueil > Actualités > L’abbé Hermel Lahey prend sa retraite

L’abbé Hermel Lahey prend sa retraite

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

Photos: Hughes Bouchard/Journal L’Horizon – Afin de souligner le départ de l’abbé Hermel Lahey, curé du secteur Belles-Vues, une célébration a eu lieu à Saint-Jean-de-Dieu, le 10 septembre devant une foule nombreuse. Un brunch, réunissant près de 300 personnes a suivi la cérémonie. saint jean de dieu automne 2017 044 (2)

saint jean de dieu automne 2

saint jean de dieu automne 2017 009

L’abbé Hermel Lahey prend sa retraite (Journal L’Horizon/septembre 2017)

(Marjolaine Jolicoeur )  – Curé pendant 10 ans du secteur Belles-Vues, qui regroupe les paroisses de Saint-Jean-de-Dieu, Saint-Clément, Saint-Médard, Sainte-Rita et Saint-Cyprien, l’abbé Hermel Lahey prend sa retraite après 44 années de vie sacerdotale.

Ce n’est pas sans un pincement au cœur qu’il quitte ses paroisses. « Au fil des ans, elles sont devenues comme ma famille et mes enfants », dit-il.

L’abbé Lahey a été ordonné prêtre en l’église de Saint-Marc-du-Lac-Long, son village natal. Au départ, il voulait devenir médecin. Lors d’une retraite collégiale, un moine l’inspire lorsqu’il lui dit qu’il existe une autre médecine, celle de l’âme et du cœur. « C’est à partir de ce moment-là que j’ai commencé à penser sérieusement à la prêtrise », raconte celui qui a aussi enseigné trois ans dans un centre d’accueil pour délinquants et servi dans près de 26 paroisses, créant plusieurs secteurs pastoraux.

De foi et d’espérance

« Durant toutes ces années, je peux dire que j’ai été très heureux. J’ai vécu beaucoup de changements au niveau de la société et de l’Église, mais cela a toujours été très stimulant. Il y avait sans cesse des défis à relever, cela bougeait. »

Une chose le rend malheureux cependant : le prêtre se désole de voir comment l’Église est rejetée en bloc, dénigrée : « On oublie trop souvent les aspects positifs, comment historiquement l’Église a été importante dans de nombreux secteurs de la société québécoise. Pensons à toutes ces religieuses qui ont œuvré dans les hôpitaux, les maisons d’enseignement ou auprès des plus démunis. »

En côtoyant de près la souffrance et la misère humaine, lui-même a-t-il déjà douté, perdu la foi? « Non jamais », répond sans hésitation l’abbé Lahey, en ajoutant qu’il invite toujours les gens à l’espérance, à croire que « le Seigneur est toujours avec eux et qu’ils vont s’en sortir ».

Par ses visites aux malades, aux personnes âgées, aux personnes seules et fragiles, le prêtre devient un confident et un soutien spirituel pour ses paroissiens, vivant avec eux leurs peines mais aussi leurs joies. Et le mystère de la foi est entier lorsqu’il accompagne des personnes qui vont mourir : « Au début, elles sont parfois révoltées puis elles s’abandonnent et partent en paix. Cela augmente ma propre foi, me donne la preuve que le Christ est vivant. »

Des années bien remplies

Parmi les projets importants réalisés durant son séjour dans le secteur Belles-Vues, l’abbé Harvey décrit, non sans fierté, l’organisation d’une loterie annuelle pour aider au fonctionnement des fabriques : « Sans cette loterie, qui rapporte plus de 30?000 $ par année, nous serions tous en faillite. »

Grâce à son initiative et à celle du milieu, une bibliothèque municipale a été aménagée à l’arrière de l’église de Saint-Jean-de-Dieu.

De plus, en accord avec le tournant missionnaire de l’Église qui veut favoriser la transmission de la foi, divers comités furent mis en place dans les cinq paroisses : « Dans chacune d’elles, il y a des personnes responsables de la pastorale, de l’information chrétienne, de la liturgie ou de l’engagement social. La paroisse est censée s’animer par elle-même, le rôle du prêtre est de soutenir les initiatives, de travailler en concertation avec ses communautés. »

L’initiative de l’action missionnaire ne vient pas que de l’Église, soutient le pape François 1er pour qui la transmission de la foi passe aussi par une forme de décentralisation.

Que pense-t-il justement du pape François 1er? « Il brasse beaucoup de choses et apporte le changement. C’est une lumière dans l’Église, un véritable homme de Dieu. Je l’aime beaucoup. »

Même à la retraite, l’abbé Lahey restera actif. Durant l’année qui vient, deux semaines par mois, il sera aumônier chez les Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire à Rimouski. Le reste du mois, c’est un retour aux sources puisqu’il habitera dans une maison qu’il possède à Saint-Marc-du-Lac-Long. « Malgré ma retraite, je demeure disponible pour des prêtres ayant des besoins, comme pour certaines célébrations », indique l’abbé, qui sera remplacé dans le secteur Belles-Vues par l’abbé Marien Bossé.

902-curé lahey-

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.