Accueil > Idées > Investir dans l’agriculture des Basques

Investir dans l’agriculture des Basques

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(M. J.) L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture  a décrété 2015, l’Année des sols. Leur slogan « des sols sains pour une vie saine », prend toute son importance pour l’agriculture, l’acériculture et la forêt, trois domaines essentiels pour l’économie de la MRC des Basques.
Giovanny Lebel travaille à divers projets venant en aide aux producteurs agricoles de notre région. Il est agent de développement agricole pour la MRC des Basques et porte-parole pour la Commission agricole de l’Écosociété les Basques?: « Avec l’implication du CLD, une quarantaine de producteurs agricoles ont pu bénéficier d’un programme d’épandage de chaux qui permet de contrôler le PH des sols et d’en modifier l’acidité. Cela favorise le rendement des cultures. C’est un beau succès, on travaille pour reconduire ce programme cette année. Mais les coupures gouvernementales au CLD  ont un impact direct sur sa viabilité ».
Des terres en friche
Malgré qu’on note dans la MRC une augmentation des terres destinées aux céréales commerciales, de nombreuses autres pourraient être remises en culture. « En collaboration avec le MAPAQ, nous avons fait un inventaire complet des terres en friche qui couvrent l 400 hectares ».
Ces terres se concentrent particulièrement à Notre-Dame-des-Neiges, Saint-Simon, Sainte-Françoise et Saint-Mathieu de Rioux. Une superficie de 800 hectares pourrait être remise en culture et les terres louées ou vendues aux producteurs de la région ou à ceux de l’extérieur voulant s’installer dans les Basques.
Bioproduits de Sainte-Rita
Plusieurs productions de fruits se retrouvent sur notre territoire : bleuets, fraises, pommes ou framboises. Lui-même producteur de camerises, Giovanny Lebel déplore cependant  l’absence de lieux pour leur transformation : « L’année dernière, j’ai dû vendre ma production à un transformateur du Lac Saint-Jean ».
Il cite aussi l’exemple des Bioproduits de Sainte-Rita dont la production de camerises, malgré une bonne saison, n’a pas été récoltée. Leurs bâtiments et leurs deux terrains sont maintenant à vendre.
En 2013, en rachetant les Bioproduits, la  Coopérative du Haut Plan Vert de Lac-des-Aigles avait pourtant assuré qu’elle garderait la place d’affaires et les emplois à Sainte-Rita.
Les Bioproduits de Sainte-Rita devaient aussi collaborer à la transformation des fruits de certaines plantes sélectionnées pour la Route des couleurs, un projet coordonné par l’Écosociété Les Basques.
« Grâce à ce projet collectif de la Route des couleurs, on retrouve sur tout le territoire, 2 000 plants d’églantiers, 700 de sureaux et de nombreux amélanchiers. Malheureusement, nous n’avons pu cueillir leurs fruits, faute d’endroit pour les transformer ou même les vendre. Nous travaillons présentement à organiser leur mise en marché ou du moins à entreposer les fruits pour une utilisation future ».
Pour Giovanny Lebel, l’agriculture dans la MRC des Basques offre de belles perspectives de développement. Les consommateurs demandent de plus en plus des produits locaux et frais, de quoi stimuler la production fruitière mais aussi maraîchère. Plusieurs productions émergentes s’avèrent aussi très intéressantes, comme celles de la filière bio sans gluten regroupant chanvre, avoine nue ou sarrazin.

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.