Accueil > Économie > « Il faut agir maintenant pour notre industrie forestière »- Maxime Blanchette-Joncas

« Il faut agir maintenant pour notre industrie forestière »- Maxime Blanchette-Joncas

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-Le Bloc Québécois exhorte Ottawa à défendre avec vigueur l’industrie forestière québécoise devant la hausse des tarifs douaniers américains sur le bois d’oeuvre.

Les porte-paroles du Bloc Québécois en matière de Commerce international et de Ressources naturelles, Simon-Pierre Savard-Tremblay et Mario Simard, ainsi que le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, exigent qu’Ottawa assume ses responsabilités et mette immédiatement en place des mesures concrètes pour protéger l’industrie forestière contre les tactiques commerciales américaines.

Le temps passe

« Le temps passe, et il est aberrant de constater que le gouvernement fédéral n’a toujours rien fait pour appuyer les entreprises forestières québécoises qui font face à une forte hausse des droits de douane sur le bois d’oeuvre canadien imposés par les États-Unis. En tant que partenaire commercial clé des Américains, le gouvernement fédéral a la responsabilité d’obtenir des conditions commerciales acceptables pour les représentants de l’industrie forestière canadienne, un secteur fortement représenté par le Québec », signale Simon-Pierre Savard-Tremblay.

Un pilier économique

« La forêt est le pilier économique de plusieurs régions du Québec; elle représente des milliers d’emplois et une large part de nos exportations. Durement éprouvées par les grands feux de forêt de l’été dernier, nos industries forestières font face à plusieurs défis financiers, notamment un accès difficile aux liquidités », souligne M. Simard.

« La situation est fragile et pourrait basculer facilement si notre industrie ne reçoit pas le soutien nécessaire. La forêt est le gagne-pain de nombreux travailleurs et travailleuses de la circonscription de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques et du Bas-Saint-Laurent : le gouvernement fédéral doit agir de façon responsable et intervenir rapidement dans le dossier du bois d’oeuvre. Pour ça, le Bloc propose des solutions concrètes », conclut le député Blanchette-Joncas.

Des actions concrètes

Le Bloc Québécois propose des actions concrètes:

? Que le fédéral aide de façon tangible l’industrie forestière à traverser la crise avec un programme de prêts et de garanties de prêts, à la hauteur des sommes retenues aux États-Unis via les taxes imposées;

? Travailler à amender l’ACEUM afin que le processus de litiges soit mieux encadré et ne laisse plus place aux manoeuvres dilatoires déloyales;

? Demander une exemption de taxes pour les bois issus de la forêt privée, puisque les allégations du lobbying américain ne concernent que la forêt publique;

? Faire reconnaitre le régime forestier québécois qui fonctionne sous le modèle des enchères et qui est conforme aux exigences du libre-échange

Photo : Maxime Blanchette-Joncas (Photo courtoisie)

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.