Accueil > Actualités > Du préjugé à la dignité

Du préjugé à la dignité

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

Parce que combattre les préjugés, c’est aussi combattre la pauvreté, une campagne est lancée réunissant des partenaires de l’ensemble du Bas-Saint-Laurent, afin de sensibiliser sur les stéréotypes véhiculés sur les plus démunis.
« Les pauvres ne veulent pas travailler »… « Les pauvres sont tous des profiteurs »… « Les BS, tous des fraudeurs »… Les étiquettes envers certains groupes de personnes ont la vie dure. Ceux travaillant sur le terrain constatent pourtant, de façon unanime, que la pauvreté a changé de visage. Elle est en général bien différente des idées reçues. Personne n’est à l’abri de la pauvreté et elle a nombreuses facettes. « À cause des coupures gouvernementales, des pertes d’emplois, beaucoup de salariés n’arrivent plus à joindre les deux bouts », rappelle Sonia Marchand, organisatrice communautaire au CSSS des Basques.
« La demande pour le dépannage alimentaire est de plus en plus  grandissante », confirme  Marie-Claude Côté de la Cuisine collective Croc-Ensemble des Basques.
Mépris ou méprise ?
Comme outil central de sensibilisation et parce qu’ils font partie de notre quotidien, des linges à vaisselle imprimés de huit bandes dessinées différentes seront distribués tout au long de la campagne. (Pour les découvrir : www:lutteauxprejugesbsl.org)
Conçues par l’artiste Myriam Foy, on peut y suivre les péripéties de Raton et  Marmotte dans des fables animalières traitant des fausses croyances liées à la pauvreté. « Plus de 1 700 linges à vaisselle seront donnés dans la MRC des Basques afin de stimuler les échanges et les discussions », explique Sonia Marchand en ajoutant que les préjugés viennent souvent de l’ignorance et d’un manque d’information sur la réalité de la pauvreté.
Un débat politique
Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques,  participera dit-il, du mieux qu’il peut à cette campagne qu’il appuie. La politique s’est invitée dans sa prise de position sur  le mépris et l’exclusion « des moins chanceux de notre société » : « Le néo-libéralisme fait en sorte que la voix des plus riches a pris une coche de plus dans l’ensemble des décisions de notre société. La pauvreté n’a plus le droit d’exister. Les individus qui représentent des groupes importants comme le Conseil du patronat osent même dire qu’on devrait toujours s’associer aux plus gros, aux plus puissants. C’est empreint de préjugés et ça n’apporte pas de solution. »
Rappelons qu’au Bas-Saint-Laurent 20 000 personnes ne couvrent  pas leurs besoins de base. Et que 59 % de nos aînés reçoivent un supplément de revenu.
Bar à soupe solidaire et gratuit
Dans le cadre de la Journée nationale des cuisines collectives le 26 mars, les partenaires de cette campagne, en collaboration avec la Cuisine collective Croc-Ensemble des Basques organisent un bar à soupe solidaire et gratuit à  l’Aréna Bertrand-Lepage de Trois-Pistoles et au Centre des loisirs à Saint-Clément, de 11h30 à 13h30. On procédera aussi au lancement du livre de recettes de la cuisine collective « Découvrez et partagez nos saveurs », en vente pour 8 $. Information?: 418.851.6137

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.