Accueil > Culture > Bon Enfant & Les Lunatiques ce samedi au Paradis

Bon Enfant & Les Lunatiques ce samedi au Paradis

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-Les Coop Paradis de Rimouski reçoit les formations musicales Bon Enfant et Les Lunatiques ce samedi 25 mars à 20 h à la salle Rouge.  

Prime tenant et champion de l’accord « médiéval fantastique + vin », Bon Enfant s’est dévoilé à l’automne 2019 avec un premier album homonyme sous Duprince – célébré comme meilleur franco de l’année par Le Devoir et récompensé du Lucien de l’Album rock de l’année au GAMIQ. Ça a été fulgurant, mais c’était issu d’une gestation d’un bon 5 ans pendant lesquels Daphné Brissette (Canailles) et Guillaume Chiasson (Ponctuation) avaient brigué pour célébrer leurs intérêts communs (susmentionnés, + la musique aussi) – pour s’octroyer des terrains nouveaux, en marge de leurs pratiques précédentes. Intégrant Etienne Côté (Canailles, Lumière), Mélissa Fortin (Canailles) et Alex Burger (lui-même) à son giron, le duo est devenu groupe et s’est mis à jammer en capable, transformant des premières versions grâce au regard extérieur des nouveaux arrivés, pis ça a commencé à se passer pour vrai. Premier résultat, Bon Enfant (l’album) était un florilège de pop québ aux grooves bien-allants, précisé de flottements tie-dye, de disco anatolien, de rock saharien, de vibrantes portées nancysinatraesques et de timbres cordiaux et fébriles (les timbres – le groupe insiste sur les timbres, les timbres ça se définit et c’est important). Le dernier album est arrivé, donc. Diorama, que ça s’appelle. Ça a été réalisé par Emmanuel Éthier, et c’est sorti sous Duprince le 1er octobre 2021. 

LES LUNATIQUES 

Les Lunatiques est un quintette de garage rock composé d’Antoine Bourque, d’Ariane Roy, de Simon Guay, de François Pelletier et William Lévesque. Extraites de l’esprit hyperactif d’Antoine, musicien octopode, les pièces de leur plus récent EP, Cache-Cache tirent leurs influences des tapis à poils longs, des lava-lamps et d’un temps où les guitares prenaient feu sur scène. Tantôt psychotrope, tantôt frénétique, le rock des Lunatiques sait à coup sûr faire oublier la gravité.

Photo : Le groupe Bon enfant. (Photo courtoisie)

Share
You may also like
Pierre Flynn présente le spectacle 50 ans en cavale
Une précision de la Corporation du patrimoine et du tourisme religieux
Rivière-du-Loup en spectacles met en vente ses billets pour l’automne
Cure-Pipe s’envole pour une tournée européenne

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.