Accueil > Actualités > Bientôt fini les tests de dépistage de la COVID-19 à Trois-Pistoles

Bientôt fini les tests de dépistage de la COVID-19 à Trois-Pistoles

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

(Alexandre D’Astous)-Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc, signale que les tests de dépistage à la COVID-19 à l’urgence de l’hôpital de Trois-Pistoles seront bientôt terminés. « C’est imminent. Nous sommes conscients que ce n’est pas l’idéal de faire des tests dans des urgences. Nos quatre nouvelles cliniques de dépistages seront bientôt les seules à faire les tests », a-t-il indiqué le 25 mars en après-midi lors d’une conférence de presse virtuelle.

« Pour les Basques actuellement, on offre à la clientèle, si elle le souhaite de se rendre à la clinique de Rivière-du-Loup, mais un usager qui souhaiterait se faire dépister à Trois-Pistoles pourrait toujours le faire, mais encore à l’Hôpital. Nous sommes en train de regarder à court terme une alternative pour Trois-Pistoles », précise la conseillère cadre aux communications stratégiques à la présidence-direction générale et relations avec les médias au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet-Michaud, qui souligne que la région compte maintenant six cliniques de dépistage.

Cette nouvelle devrait réjouir le personnel hospitalier à Trois-Pistoles, dont certains membres avaient manifesté leur inquiétude face au risque de propagation.

Six cas sur 613 examens

Le Dr Leduc mentionnait également le 25 mars que six tests se sont avérés positifs sur les 613 examens effectués au Bas-Saint-Laurent. Impossible de savoir d’où proviennent ces cas. La santé publique refusaitr également de confirmer un premier décès qui serait survenu au Kamouraska. « Les familles n’ont pas à être pointées du doigt. Elles n’ont pas besoin de vivre une ostracisation », répond le Dr Leduc, qui précise qu’il n’y a actuellement aucune personne atteinte hospitalisée dans la région. « La situation va bien dans la majorité des cas ».

« Dès qu’un cas est positif, on enclenche une enquête épidémiologique pour retracer les gens qui ont eu des contacts directs avec la personne atteinte. Ces personnes sont immédiatement mises en quarantaine jusqu’au résultat de leur examen. Ça peut varier entre 30 et 40 personnes par cas ».

Respecter les consignes

Le Dr Leduc rappelle l’importance de respecter les consignes, notamment en ce qui concerne la distanciation sociale de deux mètres (ou six pieds) entre chaque personne. « On voit encore trop de personnes marcher côte à côte sur nos trottoirs et les promenades de nos municipalités. C’est comme ça que le virus va se transmettre. Ce n’est pas parfait non plus pour nos gens qui reviennent de l’étranger et qui ne respectent pas tous l’isolement de 14 jours. Vous pouvez être porteur sans en ressentir les symptômes et contaminer les autres. Rester à la maison. Il y aura des cas secondaires. C’est un virus très contagieux. Les prochaines semaines seront cruciales. On vous demande de faire le sacrifice de rester à la maison », plaide-t-il.

-30-

Photo : Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc, a tenu une conférence de presse virtuelle ce mercredi après-midi. (Photo capture d’écran)

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.