Accueil > Actualités > Aides gouvernementales pour le secteur agricole

Aides gouvernementales pour le secteur agricole

Imprimer cette nouvelle Imprimer cette nouvelle

Photo: Facebook – Ce 5 avril le député-ministre Jean D’Amour a fait l’annonce d’une série de mesures d’aides financières destinées à assurer le développement du secteur bioalimentaire. Sous le thème «Territoires», ces mesures comprennent la mise en place de trois nouveaux programmes et la bonification de deux programmes existants, totalisant ainsi des investissements supplémentaires de 59,8 M$ sur cinq ans.

«L’occupation et la vitalité du territoire bas-laurentien constituent un enjeu majeur pour la région. Les mesures annoncées donneront un élan à la mise en œuvre des priorités de développement identifiées par les acteurs régionaux, notamment en soutenant l’innovation bioalimentaire, la mise en valeur du territoire agricole ainsi que l’établissement d’une diversité de modèles d’entreprises agricoles ». a indiqué Jean D’Amour ministre délégué aux Affaires maritimes et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent

 Programme Priorités bioalimentaires

Le programme Priorités bioalimentaires permettra l’élaboration et la révision des plans de développement de la zone agricole (PDZA), de même que la mise en œuvre de projets bioalimentaires structurants identifiés par les territoires. Avec un investissement de 16,5 M$, ce programme s’inscrit  avec la gouvernance de proximité et permettra d’adapter l’intervention en fonction de la diversité des enjeux des différentes régions du Québec.

 Laboratoires d’innovations bioalimentaires

Pour répondre aux enjeux de maintien et de développement du secteur ainsi qu’aux enjeux de préservation des ressources sur l’ensemble des territoires, un budget de 8,8 M$ sera attribué à la mise en place du programme Laboratoires d’innovations bioalimentaires, qui offrira aux acteurs du secteur bioalimentaire, des territoires et de la société civile la possibilité d’expérimenter des solutions innovantes. Ce programme permettra donc d’explorer de nouvelles avenues de développement du bioalimentaire au Québec visant à :accroître son rôle dans le développement et la vitalité des territoires;mettre en valeur les spécificités et les ressources propres aux territoires;assurer la protection du territoire agricole et la préservation des ressources;renforcer la synergie entre les acteurs du territoire et les maillons de la filière bioalimentaire;répondre aux besoins du milieu et aux attentes des consommateurs.

Relève et entreprise de petite taille

Reconnaissant la contribution particulière de la relève agricole ainsi que la diversité des modèles d’entreprises agricoles à l’occupation dynamique des territoires, une enveloppe totalisant 11,5 M$ sur cinq ans est octroyée dans le cadre du programme Relève et entreprise de petite taille. Cette mesure s’ajoute aux mesures de La Financière agricole du Québec pour soutenir la relève

Soutien au drainage et au chaulage des terres agricoles

Par ailleurs, afin d’appuyer les entreprises agricoles dans l’amélioration de la productivité et la valorisation des terres possédant un potentiel de culture des régions et municipalités régionales de comté prioritaires, le gouvernement prolonge jusqu’en 2023 le programme de Soutien au drainage et au chaulage des terres agricoles, grâce à une enveloppe additionnelle de 16 M$.

Stratégie de croissance du secteur biologique

Lors du Sommet sur l’alimentation, tenu le 17 novembre dernier, une cible a été fixée afin d’amener le secteur biologique à doubler la superficie en culture d’ici 2025. Le gouvernement bonifie de 7 M$ la Stratégie de croissance du secteur biologique. Ce secteur contribue à la vitalité des territoires et offre une réponse aux attentes de la population québécoise.

«Nous avons une cible ambitieuse de doubler la production du biologique au cours des prochaines années. Le maintien de cette Stratégie nous permettra de poursuivre notre soutien à la filière et de maximiser le déploiement de son plein potentiel. Cela vient aussi répondre aux attentes grandissantes des consommateurs», a pour sa part déclaré Laurent Lessard,  ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

 

 

Share

Contactez-nous pour vos commentaires et questions.